JO 2016 : la baie polluée de Rio a fait une première victime

le
0
Des Laser sur la baie de Guanabara lors d'une session d'entraînement lors des Jeux de Rio.
Des Laser sur la baie de Guanabara lors d'une session d'entraînement lors des Jeux de Rio.

Evi Van Acker était l'une des grandes chances de médaille de la voile du « plat pays » aux Jeux de Rio. Troisième ex aequo et en lice pour la victoire finale après les deux premières courses de lundi, la navigatrice de 30 ans a pourtant chuté au classement général à l'issue de la deuxième journée de régate mercredi. Elle occupe désormais la dixième place et aura du mal à réaliser la même performance qu'aux Jeux de Londres où elle avait décroché une médaille de bronze. Le coach de la sportive originaire de Gand a expliqué sa contre-performance par une infection dont souffrirait l'athlète et blâme « l'eau sale et contaminée » de la baie de Guanabara, dans laquelle se disputent les compétitions de voile.

Wim van Bladel avait d'abord expliqué que sa protégée se sentait « impuissante » après la fin des épreuves, avant de préciser un peu plus tard la nature de son mal lors d'une interview avec la chaîne flamande VTM. Cette infection a été confirmée par le Comité olympique et interfédéral belge (COIB) qui a évoqué une maladie gastro-intestinale qui « complique le fait de servir de gros efforts pendant un temps prolongé », relaye le quotidien Le Soir

. « Un programme a été élaboré en accord avec le physiologue Peter Hespel afin d'amener Evi à récupérer le mieux possible pour les dernières 36 heures de compétition afin qu'elle puisse tirer le maximum des ressources d'énergie qui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant