Jihad en Syrie : Hollande parle de «plus de 30 ressortissants français» tués

le
2
Jihad en Syrie : Hollande parle de «plus de 30 ressortissants français» tués
Jihad en Syrie : Hollande parle de «plus de 30 ressortissants français» tués

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, parlait mardi de 126 candidats au jihad partis notamment en Syrie répertoriés depuis la mise en place fin avril du plan gouvernemental. Mercredi soir, le président François Hollande estimait que «plus de 30 ressortissants français» partis y combattre y avaient trouvé la mort.

Face au phénomène des combattants étrangers en Syrie, «nous devons coopérer davantage», et notamment en matière «de renseignement», a ajouté François Hollande lors d'une conférence de presse à l'issue de la première journée du sommet du G7 à Bruxelles. «Nous avons décidé d'une coopération pour prévenir, dissuader et punir ce type de mouvement, qui peut mettre en cause notre propre sécurité», a-t-il insisté, invoquant la tuerie le 24 mai au musée juif de Bruxelles pour laquelle un Français au profil jihadiste passé par la Syrie a été arrêté.

Une «prise de conscience»

Selon des chiffres cités fin avril par les autorités françaises, près de 300 jeunes Français seraient partis en Syrie et auraient participé à des combats, une centaine serait en transit à destination des régions tenues par la rébellion et une centaine d'autres serait déjà revenue de Syrie, et surveillée par les services antiterroristes. Dans une déclaration adoptée mercredi soir, les dirigeants du G7 soulignent avoir «décidé d'intensifier» les «efforts pour répondre à la menace que constituent les combattants étrangers qui se rendent en Syrie». 

VIDEO. «Aucun répit» pour les jihadistes, promet Cazeneuve

VIDEO. Tuerie de Bruxelles : «Nous combattrons» les jihadistes, affirme Hollande

Selon une source diplomatique britannique, les discussions devaient permettre de «passer en revue les moyens et expertise» des Etats, et examiner ce qui peut être fait en matière de «coopération avec les pays» frontaliers de la Syrie et de surveillance «du financement du terrorisme».

«Il y a une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.monti1 le jeudi 5 juin 2014 à 09:10

    faut les qualifier de terroristes leur enlever la nationalité et rapidement pour les doubles nationalités puis enlever tous les droits sociaux à la famille si elle n'a pas réalisé le signalement qui deviendrait obligatoire

  • contava4 le jeudi 5 juin 2014 à 08:56

    c'est pas assez;faut tous qu'ils partent et qu'ils restent sur place.