Jihad 3.0: les géants du web en accusation

le
0
Jihad 3.0: les géants du web en accusation
Jihad 3.0: les géants du web en accusation

Les géants du web et des réseaux sociaux, surtout Facebook et Twitter, sont accusés de faire le jeu des mouvements jihadistes, et du groupe Etat islamique (EI) en particulier, qui les utilisent pour recruter, diffuser leur propagande et semer la terreur. Début novembre à Londres, le nouveau patron de l'agence britannique de surveillance (GCHQ), Robert Hannigan, a estimé qu'internet était devenu pour l'EI "un centre de contrôle et de commandement" et a demandé "un plus grand soutien du secteur privé, notamment des plus grands groupes de technologie américains qui dominent le web". Dans une tribune publiée dans le quotidien Financial Times, il ajoute que "l'EI est le premier groupe terroriste dont les membres ont grandi avec internet. Ils exploitent le pouvoir du web pour créer une menace jihadiste à l'échelle globale. Cela pose un énorme défi aux gouvernements et à leurs services de renseignements, qui ne pourra être relevé qu'avec une plus grande coopération des sociétés de technologie". "Même si ça leur déplaît, (ces sociétés) sont devenues le centre de contrôle et de commandement préféré des terroristes et des criminels, qui comme chacun d'entre nous apprécient le côté révolutionnaire de leurs services et s'y adaptent", accuse M. Hannigan. Dans un rapport intitulé "The Islamic State", Richard Barrett, ancien chef du contre-terrorisme au MI5 (renseignements britanniques), aujourd'hui expert au sein du groupe de réflexion Soufan Group après être passé par l'ONU, explique que "l'EI a su tirer le maximum de la nature décentralisée des réseaux sociaux (Twitter en particulier), qui permet à chacun de ses supporteurs de créer et d'animer son propre ministère de l'information, diffusant la propagande officielle tout en créant et diffusant leurs propres messages". "La stratégie médiatique de l'EI est supervisée par Abou Amr al Shami, un Syrien né en Arabie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant