Jeux vidéos : aussi addictifs que le tabac et l'alcool, selon une étude

le
0
Jeux vidéos : aussi addictifs que le tabac et l'alcool, selon une étude
Jeux vidéos : aussi addictifs que le tabac et l'alcool, selon une étude

Les nombreux joueurs de «Candy Crush» comme les joueurs sur consoles insomniaques sont prévenus, s'ils ne le savaient pas déjà. L'usage excessif des écrans et des jeux vidéo par les jeunes inquiète le Conseil économique, social et environnemental (CESE), qui réclame une meilleure prise en compte par les pouvoirs publics de cette pratique «pathologique» en progression, dans un rapport sur les addictions publié mercredi.

Selon des chiffres publiés en 2014 par l'Observatoire français des drogues et toxicomanie (OFDT), l'usage problématique des écrans toucherait entre 1 et 2% de la population générale et 5% des adolescents, tandis qu'un élève sur huit ferait un usage excessif des jeux vidéos, soit trois élèves par classe en moyenne.

Les jeux vidéos, deuxième motif de consultation médicale

Le produit le plus addictif reste le tabac (32% des consommateurs en sont dépendants), suivi de l'héroïne (23%), de la cocaïne (17%) et de l'alcool (15%). Mais le CESE note que les jeux vidéo sont aussi le deuxième motif de consultation médicale après le cannabis, à égalité avec l'alcool et le tabac, ce qui justifie, à ses yeux, une évaluation des jeux les plus addictogènes par un comité d'experts indépendants ainsi que la mise en place par les pouvoirs publics d'une signalétique obligatoire.

Le CESE a donc décidé d'inclure l'usage excessif de ces produits - qui ne sont pas addictifs par eux-mêmes - dans son rapport, soulignant que les mécanismes en cause (recherche d'un plaisir immédiat ou d'une compensation) tout comme les risques (isolement, désocialisation) sont «très proches» de ceux existant dans les addictions.

«Les jeux les plus nocifs sont les jeux répétitifs, (...) ceux qui créent une réalité virtuelle et reposent sur un fonctionnement en réseau» souligne le CESE, ajoutant que le caractère addictogène peut également dépendre de la «fragilité» du joueur. 

Parmi les recommandations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant