Jeux vidéo : Wailers et Clément, sportifs de «e-niveau»

le
0
Jeux vidéo : Wailers et Clément, sportifs de «e-niveau»
Jeux vidéo : Wailers et Clément, sportifs de «e-niveau»

Ils seront ce vendredi après-midi sur la scène du Zénith, à Paris. Pas pour chanter ou danser mais, manette de PlayStation 4 en main, pour s'affronter à coups de mitraillette, de grenades explosives et de tirs de fusil à longue distance. Virtuellement bien sûr, puisque l'ESWC (Electronic Sport World Cup), qui investit jusqu'à dimanche soir la salle de spectacle, est à la fois un show à l'américaine et une compétition de jeux vidéo. Par écrans interposés, 16 équipes internationales de 4 joueurs vont se faire la guerre sur les cartes du jeu phare de l'affrontement militaire, Call of Duty, et tenter de remporter le trophée. A la clé, un prix de 20 000, la gloire et un ticket d'entrée pour la grande finale mondiale qui aura lieu dans quelques mois à Los Angeles (Etats-Unis) dotée de plusieurs millions de dollars de prix.

Wailers, 18 ans, originaire de Poitiers (Vienne), et Clément, 20 ans, de Montélimar (Drôme), font partie de la meilleure équipe française de la spécialité, Vitality. Avec leurs deux coéquipiers, Kevin et Corentin, 24 et 22 ans, ils s'entraînent presque chaque soir de la semaine, de 19 heures à minuit, pour parfaire leur stratégie et peaufiner réflexes et automatismes. « C'est beaucoup de travail et d'investissement, avoue Clément, fan de jeux vidéo depuis qu'il a 12 ans. On se lève assez tard le matin mais on s'oblige à une séance de musculation et d'exercices physiques dans une salle de sport tous les après-midi. C'est une manière de déstresser mais aussi de se tenir en forme pour les sessions de jeu. »

Logé dans un appartement transformé en centre d'entraînement

Tous deux sont désormais joueurs professionnels. « C'est mon métier, je vis ma passion du jeu », glisse fièrement Wailers, recruté il y a quelques mois dans l'équipe grâce à ses prouesses en ligne. Comme des sportifs de haut niveau, ils reçoivent un salaire mensuel et sont logés, en colocation, dans un appartement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant