Jeux vidéo. «Tom Clancy's The Division» : un RPG très connecté

le
0
Jeux vidéo. «Tom Clancy's The Division» : un RPG très connecté
Jeux vidéo. «Tom Clancy's The Division» : un RPG très connecté

C’est «la plus importante sortie de 2016» pour Ubisoft, prévenait le porte-parole de l’éditeur français. Présenté en juin 2013, «Tom Clancy's The Division» a mis deux ans et demi avant d’arriver sur nos consoles.

Au programme, un mélange de tir à la troisième personne et de jeu de rôle en ligne massivement multijoueur (MMORPG). Le tout a pour théâtre un New York déchu, tombé entre les mains de gangs profitant d’un virus qui a ravagé la ville.

L’avatar évolue selon vos souhaits

Votre mission est de reprendre la Grosse Pomme, par ailleurs parfaitement modélisée. Un scénario qui sert de prétexte pour arpenter cet open world et enchaîner les différents objectifs comme reprendre une zone, délivrer des prisonniers, récupérer une cargaison, etc. Il est possible de réaliser ces missions seul, ou en équipe de deux à quatre avec des joueurs en ligne.

Cette possibilité rend les missions plus attrayantes et donne un second souffle au jeu. Autre avantage, la coopération permet une meilleure progression dans l’histoire et donc de faire évoluer votre personnage plus vite. S'il est possible dès le début du jeu de personnaliser son avatar, le plus intéressant reste de le faire évoluer. Pour cela, il faut choisir entre trois spécialités : «soigneur», ingénieur «défensif» ou «offensif».

Tout au long des missions et des échéances, armes ou protections peuvent être modifiées pour les rendre plus efficaces. Un moyen de personnaliser son soldat selon ses désirs. Cela passe notamment par le fameux «loot», à savoir la possibilité de dépouiller ses ennemis de leurs équipements. Toutes ces options rendent cependant l’interface trop chargée et loin d’être fluide ou instinctive.

Se mettre à couvert puis tirer

Sur le champ de bataille, les affrontements se déroulent dans des arènes urbaines défraîchies qu’il va falloir exploiter au mieux pour prendre l’ascendant sur ses adversaires. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant