Jeux vidéo: Nintendo parie sur des figurines pour relancer sa Wii U

le
0
Jeux vidéo: Nintendo parie sur des figurines pour relancer sa Wii U
Jeux vidéo: Nintendo parie sur des figurines pour relancer sa Wii U

Le groupe japonais Nintendo, dont la console Wii U est à la traîne, espère en augmenter la popularité en alliant ses jeux vidéo avec des figurines permettant de jouer dans le monde réel, s'inspirant d'une recette testée avec succès par certains éditeurs.Nintendo a annoncé mardi, en prélude à l'ouverture du salon des jeux vidéo E3 de Los Angeles, le lancement de ces nouvelles figurines baptisées "amiibo", et qui seront à l'effigie de personnages de jeux vidéo célèbres comme "Mario", "Picachu" ou "Zelda" par exemple.Elles intègreront une puce informatique leur permettant de stocker et d'échanger des données avec le contrôleur de la Wii U.Les personnages amiibo feront leurs débuts avec le jeu "Mario Smash Brothers", annoncé pour plus tard cette année, et devraient à terme être compatibles avec une série de jeux dont "Mario Kart".Nintendo s'inspire ainsi d'une tendance, dont l'éditeur de jeux américain Activision Blizzard avait été le pionnier en 2011, quand il avait sorti des figurines inspirées des personnages de "Skylanders: Spyro's Adventure" et pouvant prendre vie dans le jeu vidéo quand on les posait sur un socle spécifique.Skylanders a depuis dépassé 2 milliards de dollars de recettes.Le principe avait été repris l'an dernier dans le jeu "Infinity" de Disney, avec des figurines inspirées de l'univers du géant du cinéma et du divertissement ou de ses filiales Pixar ou Marvel. "Cela a eu beaucoup de succès", a reconnu Sean Patton, un responsable de Disney Interactive, en présentant de nouveaux personnages qui s'ajouteront à la gamme cette année. Sur son stand à l'E3, Disney permettait notamment de jouer avec des figurines Hulk, Iron Man ou Spiderman."Infinity" comme "Skylanders" sont compatibles avec la plupart des grands modèles de consoles, quand Nintendo insiste surtout sur la compatibilité de ses propres ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant