Jeux vidéo : Candy Crush triple la mise

le
0
Jeux vidéo : Candy Crush triple la mise
Jeux vidéo : Candy Crush triple la mise

La folie Candy Crush ne semble pas vouloir se tarir. Alors que de nombreux jeux sur smartphone disparaissent des écrans aussi vite qu'ils y sont apparus, ce jeu, lancé en 2012 par l'entreprise britannique King, s'offre un troisième épisode promettant encore de battre des records.

Après Saga et Soda, les accros peuvent télécharger dès aujourd'hui Candy Crush Jelly Saga, nouveau volet d'un divertissement à l'engouement énorme à travers le monde : 92 millions d'internautes et de propriétaires de smartphone s'y adonnent en effet chaque jour... soit 955 millions de nouvelles parties lancées quotidiennement ! Dans le métro, le bus, sur le canapé du salon ou dans la salle d'attente d'un cabinet médical, les moindres minutes d'attente sont le prétexte parfait pour s'offrir un moment de détente.

Affrontez la Reine de la confiture

Dans ce nouvel épisode de 120 tableaux de casse-têtes, seuls les aficionados seront capables d'identifier les nouveautés au premier coup d'œil. Le principe reste en effet toujours le même : enchaîner les combinaisons en alignant des bonbons (3, 4 ou 5) de même couleur pour les faire disparaître et résoudre des puzzles de plus en plus difficiles. Chaque mouvement permet désormais, comme dans certains niveaux difficiles de Candy Crush Soda Saga, d'étaler de la confiture en gelée (« jelly » en anglais) dont il faut recouvrir l'ensemble des cases de l'espace de jeu pour gagner et passer au niveau supérieur. Une autre fantaisie, qui pimente nettement l'enjeu, fait également son apparition : certains niveaux se jouent désormais face à une Jelly Queen qu'il faut réussir à battre au nombre de cases recouvertes.

La simplicité de la mécanique de jeu de Candy Crush, terriblement addictive, a fait son succès et la richesse de King. Le titre se télécharge gratuitement et peut se jouer sans jamais débourser un centime (ce que font un peu plus de 97 % des adeptes), mais les moins de 3 % de celles et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant