Jeux paralympiques : le micmac de la classification des handicaps

le
0
Les Jeux paralympiques commencent le 7 septembre.
Les Jeux paralympiques commencent le 7 septembre.

L'équité tient à peu de choses. La variété des handicaps aux épreuves paralympiques contraint le CIP (Comité international paralympique) à établir un classement minutieux par discipline des sportifs afin qu'ils luttent à armes égales, leurs aptitudes fonctionnelles étant très différentes. La classification effectuée par un personnel médical et technique spécialisé relève du travail de Sisyphe, puisqu'il s'agit d'évaluer l'impact du handicap sur la pratique de chaque sport en fonction des particularités de celui-ci et des conséquences du handicap sur la capacité de mouvement, de coordination et d'équilibre du sportif. Si l'impact d'une amputation sur l'exercice d'un sport paraît facile à jauger, celui des défaillances cérébrales pose plus de difficultés aux classificateurs.

Les principales catégories de handicaps

Les athlètes concourant aux Jeux paralympiques appartiennent aux trois grandes catégories suivantes :

Athlètes handicapés physiques (amputations, lésions de la moelle épinière, paralysie cérébrale)

Athlètes malvoyants et non voyants

Athlètes présentant un handicap mental ou psychique (altération significative du fonctionnement intellectuel, indiquée par un QI inférieur à 75...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant