Jeux d'argent : avec la crise, les Français misent moins

le
0
Jeux d'argent : avec la crise, les Français misent moins
Jeux d'argent : avec la crise, les Français misent moins

C'est une première. En 2013, les dépenses des Français en jeux d'argent et de hasard ont reculé. La baisse globale est de 2,5 %, avec 31,7 milliards d'euros dépensés contre 32,5 milliards en 2012, selon une enquête de l'AFP. Trois des quatre opérateurs (PMU, jeux en ligne, casinos) ont enregistré une baisse de leurs ventes. La Française des Jeux est la seule entreprise à augmenter les siennes.

Chaque jour, les Français ont dépensé 86,8 millions d'euros en moyenne au Loto, en jeux de grattage, paris sportifs et hippiques, au poker et dans les casinos. Ces dépenses avaient quasiment doublé en dix ans, passant de 47,5 millions d'euros à un record de 89 millions en 2012. Mais cette année-là, le rythme d'augmentation des dépenses avait déjà sérieusement ralenti à 2,8 % après +16,8 % entre 2010 et 2011.

Pour les opérateurs de jeux et les spécialistes du secteur, cette baisse est due principalement à la crise économique et au chômage, qui ont poussé les Français à faire des arbitrages. Le Pari mutuel urbain (PMU) a enregistré une baisse des enjeux de 0,9 %, à 10,405 milliards d'euros. Les 18 opérateurs agréés de jeux en ligne (poker, paris sportifs, paris hippiques) ont totalisé 8,474 milliards d'euros de mises, en baisse de 10 %. Les 197 casinos ont atteint un total de 2,178 milliards d'euros (- 4,25 %) de produit brut des jeux (PBJ, c'est-à-dire la différence entre les mises des joueurs et leurs gains) sur la période 1er novembre 2012 - 30 octobre 2013.

La Francaise des Jeux (FDJ, détenue à 72 % par l'Etat) a été le seul opérateur à avoir augmenté ses ventes (+1,8 %) en 2013 avec 12,35 milliards d'euros. Le nombre de ses joueurs à augmenté et elle a enregistré une forte hausse des mises sur les paris sportifs.

Baisse de 10 % des mises en ligne en 2013

Les mises sur les jeux en ligne (paris sportifs et hippiques, et poker) en 2013 ont diminué de 10 % à 8,474 milliards d'euros par rapport à 2012 (9,408 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant