Jeudi 5 décembre, 22h45 : le président Zuma annonce la mort de Nelson Mandela

le
0
Jeudi 5 décembre, 22h45 : le président Zuma annonce la mort de Nelson Mandela
Jeudi 5 décembre, 22h45 : le président Zuma annonce la mort de Nelson Mandela

«Notre bien aimé Nelson Mandela, le fondateur de notre nation démocratique, est parti», a annoncé jeudi soir le président sud-africain Jacob Zuma vers 22h45 (heure française) à la télévision publique SABC. «Il est décédé en paix entouré de sa famille aux environs de 20h50 le 5 décembre 2013. Il repose maintenant en paix. Notre nation a perdu son plus grand fils. Notre peuple a perdu un père», a-t-il encore déclaré.

Le président Jacob Zuma a annoncé des funérailles nationales pour le symbole de la lutte contre l'apartheid, décédé à l'âge de 95 ans après plusieurs mois d'agonie. «Notre fils bien-aimé aura des funérailles d'Etat. J'ai donné l'ordre que tous les drapeaux de la République d'Afrique du Sud soient mis en berne demain 6 décembre et le reste jusqu'aux funérailles», a annoncé le président Jacob Zuma. Une cérémonie aura lieu dans un stade de football qui avait accueilli un match de la Coupe du Monde en 2010.

«Au cours de 24 années (depuis sa libération, ndlr) Madiba nous a appris comment vivre ensemble et croire en nous-mêmes et en chacun», a déclaré dans la soirée un autre héros de la lutte anti-apartheid, l'archevêque Desmond Tutu, considéré à 82 ans comme la conscience morale de son pays.

«Une grande lumière s'est éteinte», a réagi pour sa part le Premier ministre britannique David Cameron.

Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, a rendu un hommage appuyé à Mandela, saluant un homme «courageux, profondément bon» : «grâce à sa farouche dignité et à sa volonté inébranlable de sacrifier sa propre liberté pour la liberté des autres, il a transformé l'Afrique du Sud et nous a tous émus», a déclaré M. Obama depuis la Maison Blanche, avant d'ordonner de mettre les drapeaux en berne aux Etats-Unis.

Pour François Hollande, Nelson Mandela a été «l'incarnation de la Nation sud-africaine, le ciment de son unité et la fierté de toute l'Afrique». Tandis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant