Jérusalem : que recèle le tombeau du Christ ?

le , mis à jour à 09:19
0
Jérusalem : que recèle le tombeau du Christ ?
Jérusalem : que recèle le tombeau du Christ ?

Un lit funéraire taillé dans le roc au cœur d'une ancienne carrière de pierre désaffectée. Il y a mille sept cents ans, l'empereur Constantin fait isoler cette tombe, vénérée depuis trois siècles par les descendants des apôtres qui y voient le tombeau de Jésus de Nazareth. L'empereur y édifie une église destinée à glorifier la mort et la résurrection du Christ. Deux millions de pèlerins poussent chaque année les portes de l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem. Et pour la première fois depuis deux siècles, la tombe de Jésus vient d'être ouverte, à la faveur de travaux de rénovation.

 

« Si l'on n'a pas la certitude à 100 % que ce soit son tombeau, c'est un endroit fondateur pour nous », confie Erwan, fervent catholique. Si elle suscite autant d'intérêt parmi les chrétiens, c'est que, selon le magazine « National Geographic », qui lui a consacré un article, la mise au jour du lit funéraire « va fournir aux chercheurs une occasion sans précédent d'étudier la surface d'origine de ce qui est considéré comme le site le plus sacré du christianisme ».

 

 

 

 

Les différentes communautés chrétiennes ont mis leurs différends de côté

 

« Il n'y aura jamais de preuve scientifique de la résurrection de Jésus car cela appartient au registre de la foi, explique l'historien des religions Jean-François Colosimo. Mais peut-être que des analyses radiographiques et de datation permettront de savoir à quelle période précise cette pierre a été taillée et s'il s'agit vraisemblablement du lieu identifié comme étant celui où le corps du Christ a été posé après sa mort. »

 

VIDEO. Ils ouvrent le tombeau de Jésus-Christ pour la première fois depuis des siècles (National Geographic)

Ces travaux sont financés par les trois principales confessions (Grecs orthodoxes, franciscains et Arméniens) qui gèrent le Saint-Sépulcre. Au total, six communautés chrétiennes y ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant