Jérusalem : mort d'une victime de l'attaque bélier, tensions dans la ville

le
0
Jérusalem : mort d'une victime de l'attaque bélier, tensions dans la ville
Jérusalem : mort d'une victime de l'attaque bélier, tensions dans la ville

L'attaque à la voiture bélier, commise mercredi à Jérusalem-Est, a fait une nouvelle victime. Un Israélien grièvement blessé a succombé ce vendredi matin, selon un communiqué de l'hôpital Hadassah. La radio militaire israélienne assure qu'il s'agit d'un étudiant juif de 17 ans.

Depuis l'attentat, les forces de sécurité ont disposé des blocs de béton pour protéger les arrêts de tramway de nouvelles attaques à la voiture bélier. Plusieurs attaques de la sorte ont été commises depuis octobre.

Jérusalem-Est, et notamment l'esplanade des mosquées, est sous tension ce vendredi, jour de prière. Les hommes musulmans de moins de 35 ans ne peuvent pas entrer sur le site en raison d'informations indiquant que «des jeunes arabes (ont) l'intention de semer le désordre» après la prière, a annoncé la police israélienne. Troisième lieu saint de l'islam, l'esplanade des Mosquées cristallise les passions. Les extrémistes juifs indignent les musulmans en réclamant le droit de prier sur un site qu'ils vénèrent comme celui du Temple juif détruit par les Romains en l'an 70 et dont l'unique vestige est le mur des Lamentations, en contrebas. Les plus ultras dressent des plans pour le reconstruire.

VIDEO. Attaque à la voiture à Jérusalem : l'auteur tué

Les musulmans craignent que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, cède à la pression pour donner des gages à l'ultra-droite en vue des élections attendues en 2015. Ils protestent contre les atteintes israéliennes, répétées selon eux, envers le caractère sacré du site. Mercredi, des policiers sont ainsi entrés de plusieurs mètres à l'intérieur de la mosquée Al-Aqsa, située sur l'esplanade. La Jordanie, gardienne du site, a alors rappelé son ambassadeur en Israël. L'un des deux seuls pays arabes à avoir conclu un accord de paix avec Israël s'est dit prêt à prendre d'autres mesures.

Le statu quo de 1967 reste en vigueur

Jeudi, des dizaines ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant