Jérôme Pineau : "J'ai déjà commenté des matchs pour Radio Côte d'Amour"

le
0
Jérôme Pineau : "J'ai déjà commenté des matchs pour Radio Côte d'Amour"
Jérôme Pineau : "J'ai déjà commenté des matchs pour Radio Côte d'Amour"

Jérôme Pineau, l'homme aux 13 Tours de France et aux 15 jours passés avec le maillot à pois rouges, vient d'annoncer qu'il ne participerait pas à la Grande Boucle cet été. Il peut donc se concentrer sur les championnats de France à la fin du mois, et revenir sur sa passion de toujours pour le ballon rond et pour les Canaris.

Avant de faire carrière dans le cyclisme, tu avais commencé par le football... Oui, j'ai commencé le football très tôt, dès que ma famille est arrivée à Nantes quand j'avais quatre ans. Je jouais à l'Union sportive de Chantenay, et j'ai fait un beau parcours dans les différentes équipes de jeunes. On a eu quelques beaux résultats. Puis j'ai participé aux journées de formation du FC Nantes, quand j'avais 13 ans. J'ai été retenu, mais mon père voulait que je reste dans mon club familial, alors je n'ai pas profité de cette opportunité. Puis j'ai refait des journées de formation avec les moins de 15 ans, et cette fois-ci, c'est eux qui m'ont fait comprendre que je les intéressais, mais que je ne jouerais pas en équipe première.
Et tu as regretté le fait de ne pas avoir dit oui quand tu avais 13 ans ? Est-ce que c'est après ça que tu t'es consacré au vélo ? Oui, bien sûr, si c'était à refaire, j'aurais accepté la proposition du FCN. Mais j'avais 13 ans, je n'avais pas vraiment mon mot à dire, et puis j'étais très protégé par mes parents. Mais je n'ai pas arrêté le football pour autant. Quand ça n'a pas marché avec les moins de 15 ans, j'ai continué à jouer en tentant d'accéder au plus haut niveau que je pouvais. Je me disais : "Si je suis bon, ils viendront me chercher." C'était vraiment mon rêve de devenir footballeur professionnel. J'ai eu quelques autres contacts avec des clubs de la région, Carquefou par exemple, mais il y a eu le vélo. C'est familial chez nous, on se transmet l'amour du vélo de génération en génération, mon père en a fait, mon grand-père aussi...
Donc tu n'es pas devenu footballeur professionnel. En revanche, la passion est restée, et plus particulièrement pour le FC Nantes. Ton avis sur ton équipe aujourd'hui ? Oui, je suis un fanatique des Nantais depuis toujours, c'est ma ville. En ce moment, ce qui est dur, c'est qu'on fait face à pas mal de départs. Bessat, c'est dommage, c'est un joueur qu'on aimait bien. C'est le chouchou de la Beaujoire. Mais je me mets à sa place : il arrive à la trentaine, c'est normal qu'il pense à lui et à ses intérêts. Ce qui fait mal en revanche, c'est Nkoudou qui part si vite. Je pense qu'on aurait dû essayer de le garder. Maintenant, il faut qu'on conserve nos autres cadres. Mon ami Rémy Riou a…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant