Jérôme Fernandez : " Le début d'une nouvelle aventure "

le
0
Jérôme Fernandez : " Le début d'une nouvelle aventure "
Jérôme Fernandez : " Le début d'une nouvelle aventure "

Jérôme Fernandez, vous vous apprêtez à disputer une nouvelle fois un Championnat d'Europe et vous êtes désormais le doyen de l'équipe de France?Comme Thierry (ndlr : Thierry Omeyer) n'est pas encore rentré en jeu, c'est vrai que c'est qui suis le plus vieux du groupe. Mais j'espère qu'il va revenir vite et reprendre sa place de doyen (rires). Pouvez-vous nous parler de vos sensations lors de cette reprise ? Elles étaient plutôt bonnes. J'étais content de retrouver le terrain. Je n'ai pas eu de gêne au niveau de la main ni au niveau de l'épaule, mes jambes vont bien. Maintenant, il faut retrouver de la justesse dans le jeu, retrouver les automatismes avec les coéquipiers et notamment en défense, retrouver l'habitude de la compétition. J'espère avoir un peu de temps de jeu à partir de lundi et rentrer dans la compétition de la meilleure façon. Ce manque de temps de jeu, c'est une chose que vous ressentez beaucoup ? Je sens surtout le manque de rythme de compétition. C'est vrai que, contrairement à mes coéquipiers, je manque de repères. Quand je suis à côté de joueurs avec qui j'ai l'habitude d'évoluer ça va, mais dès que je suis à côté de gens comme Luka (ndlr : Luka Karabatic) ou d'autres, avec qui j'ai joué peu de matchs, il faut que je retrouve des sensations et des repères.

« Le timing était serré mais c'était possible »

On imagine que c'est un soulagement d'avoir enfin terminé ce « contre la montre » et d'avoir été retenu pour le voyage au Danemark ? Je suis surtout content que ça ce passe bien et que tout se soit fait ans les temps. Le timing était serré mais c'était possible. Il n'y a pas eu de contre-temps. Je suis heureux d'avoir bien bossé et d'être arrivé bien physiquement lors de la préparation. Je suis très content que les sensations avec le ballon aient été très bonnes dès le départ. Ça m'a fait gagner un peu de temps, m'a permis d'être apte cette semaine et d'accompagner le groupe. Vous sentez-vous prêt à jouer contre les Russes dès ce lundi ? Ah oui, oui ! Le problème c'est que nous sommes tout le temps prêts à jouer. On a très envie de rendre service et d'être bons sur le terrain. Après, c'est au staff de gérer. Quand on abordera le tour principal, on aura déjà eu 3 matchs de poule en 4 jours et il y aura forcément besoin de rotation (ndlr : Jérôme Fernandez ne devrait pas participer aux matchs de poule). Ce ne sont pas les mêmes joueurs qui vont jouer 60 minutes à chaque fois. Il faudra être performant quand on sera à tour de rôle sur le terrain.

« Les anciens ? On est une minorité maintenant »

Que représente cet Euro pour vous ?C'est le début d'un nouveau groupe, d'une nouvelle aventure. Il y a 7-8 nouveaux joueurs qui vont y participer. Maintenant, pour ce qui des anciens, on est une minorité. De fait, durant cet Euro, on sait que l'on va être «  en dents de scie » au niveau des performances. Il va falloir bien gérer nos temps faibles pour ne pas perdre de matchs et essayer d'aller le plus loin possible.  Le Danemark, qui évoluera à domicile, peut-il, selon vous, être sacré champion ?C'est toujours difficile de faire une compétition chez soi, surtout lorsque l'on est favori. L'Espagne a réussi le pari l'année dernière mais ça n'est pas une tâche facile. Aujourd'hui, mis à part l'Espagne et la Croatie, je ne vois pas qui peut empêcher les Danois de remporter cet Euro.Même pas l'équipe de France ?Non, je ne pense pas. On entre dans une nouvelle phase. On peut monter sur le podium si tout nous sourit, si la mayonnaise prend bien dès le premier match contre les Russes. Mais aujourd'hui nous n'avons pas un niveau moyen qui permet de remporter la compétition.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant