Jérôme Cahuzac nie tout compte suisse, Mediapart persiste

le
1
CAHUZAC SE DÉFEND FACE AUX ACCUSATIONS DE MEDIAPART
CAHUZAC SE DÉFEND FACE AUX ACCUSATIONS DE MEDIAPART

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a manifesté mercredi sa solidarité avec le ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui a saisi la justice pour se défendre d'accusations selon lesquelles il aurait disposé d'un compte bancaire en Suisse.

Devant l'Assemblée nationale, le ministre s'est défendu, assurant que le compte bancaire suisse mentionné mardi par Mediapart "n'existe pas".

Mais le site d'informations sur internet a mis en ligne un enregistrement dans lequel un homme, présenté comme étant le ministre, évoque au téléphone en 2000 un compte suisse qu'il aurait à la banque suisse UBS.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a néanmoins réitéré dans la soirée sa "confiance" en son "ministre, Jérôme Cahuzac".

"Il ne s'est pas exprimé n'importe où aujourd'hui, il s'est exprimé dans l'enceinte de l'Assemblée nationale", a-t-il dit sur France 2. "Et il a déclaré que toutes ces allégations étaient infondées".

"Je n'ai pas, je n'ai jamais eu de comptes à l'étranger ni maintenant, ni avant", avait déclaré Jérôme Cahuzac lors de la séance des questions au gouvernement.

"J'ai saisi la justice d'une plainte en diffamation car ce n'est que devant la justice, hélas, que les accusateurs doivent prouver les allégations qu'ils avancent", a-t-il ajouté.

Selon Mediapart, ce compte suisse, ouvert auprès de la banque UBS, a été fermé début 2010 juste avant que Jérôme Cahuzac ne prenne la présidence de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Interrogé sur une note d'un agent du fisc le concernant dont fait état Mediapart et qui mentionnerait l'existence d'une villa à Marrakech et d'une résidence à La Baule, Jérôme Cahuzac a parlé sur RTL "d'accusations délirantes".

Pour répondre à cette note, qui soulève des doutes sur le financement de l'acquisition d'un appartement parisien, le ministre a publié le plan de financement sur son blog, précisant qu'il avait réalisé un apport personnel de 15% du total, "un montant assez banal".

Prié de dire s'il envisageait de mettre ses fonctions entre parenthèses pour se défendre, il a indiqué: "Absolument pas, pas une seconde".

MEDIAPART PERSISTE ET SIGNE

Interrogé sur Europe 1, l'avocat du ministre, Gilles Auguste, a assuré que ses biens immobiliers se limitaient à un appartement avenue de Breteuil à Paris et une maison en Corse héritée de ses parents mais qu'il n'en possédait "ni à la Baule, ni à Marrakech, ni de compte en Suisse".

Toujours sur Europe 1, le journaliste Fabrice Arfi, de Mediapart, a assuré: "Dans un dossier comme celui-là, Mediapart ne peut pas se permettre de se tromper et si nous affirmons qu'il a détenu un compte à l'UBS, c'est que nous avons les preuves".

Dans l'enregistrement diffusé dans la soirée, la personne qui s'exprime se dit embêtée par l'existence d'un compte bancaire en Suisse avant sa campagne des municipales dans le Lot-et-Garonne.

Elle s'assure qu'il n'y a plus rien sur ce compte et demande à son interlocuteur comment elle pourrait le fermer sans se rendre "là-bas."

Aujourd'hui à la retraite, l'agent du fisc mentionné par le site, Rémy Garnier, a déclaré sur RTL qu'il avait reçu d'un "aviseur" en 2006 une information faisant état d'un compte suisse de Jérôme Cahuzac, avec qui il reconnaît avoir un "contentieux".

"J'en ai référé à ma hiérarchie en précisant que l'examen du dossier ne permettait ni de confirmer ni d'infirmer, que seul un examen approfondi de la situation fiscale aurait permis d'y voir plus clair", a-t-il ajouté en indiquant ses supérieurs en ont "décidé autrement".

Sur i>TELE, le député UMP Laurent Wauquiez a pressé Jérôme Cahuzac d'apporter des preuves pour se disculper.

"Il y a quelques mois, toute info de Mediapart était considérée par la gauche comme information établie", a déclaré l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy.

Proche de Jérôme Cahuzac, le député socialiste Jean Glavany a déclaré que le ministre était "très touché, très abattu mais déterminé". "Je connais Jérôme comme ma poche et je sais qu'il n'a jamais eu de maison ni à la Baule ni à Marrakech, ni de compte en Suisse", a-t-il dit au JDD.fr.

Yann Le Guernigou, avec Gérard Bon et Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le mercredi 5 déc 2012 à 22:50

    A ce stade il faut attendre que la justice fasse son enquête