Jeremy Corbyn s'efforce de modérer son propos sans grand succès

le
0
Persuader les Britanniques que les travaillistes sont un recours crédible face aux conservateurs de David Cameron : c?est à cette rude tâche que le nouveau chef de l?opposition travailliste, Jeremy Corbyn, s?est attelé dans son premier discours, le 29 septembre, devant le parti réuni en congrès annuel.
Persuader les Britanniques que les travaillistes sont un recours crédible face aux conservateurs de David Cameron : c?est à cette rude tâche que le nouveau chef de l?opposition travailliste, Jeremy Corbyn, s?est attelé dans son premier discours, le 29 septembre, devant le parti réuni en congrès annuel.

Persuader les Britanniques que les travaillistes sont un recours crédible face aux conservateurs de David Cameron : c'est à cette rude tâche que le nouveau chef de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, s'est attelé dans son premier discours, le 29 septembre, devant le parti réuni en congrès annuel à Brighton. Après des débuts difficiles, le nouveau leader s'est efforcé sans grand succès de recentrer son programme pour tenter d'élargir son audience dans le pays.

"Se battre contre les tories en présentant l'alternative du Labour", a déclaré Corbyn, longuement applaudi, en se déclarant favorable à "une politique moins dure" tout en insistant sur son patriotisme et ses valeurs issues de la gauche traditionnelle  L'heure est certes à la modération. La question du renouvellement de la force de frappe nucléaire a été bottée en touche. Les attaques contre les milieux d'affaires ont été limitées à la lutte contre l'évasion fiscale et l'encouragement aux travailleurs indépendants, deux thèmes qui font l'unanimité à Westminster. S'il a été question de renationalisation des chemins de fer, de combat contre l'austérité et contre les inégalités, le Labour a mis en sourdine les aspects les plus controversés de son programme économique, en particulier le projet de mettre fin à l'autonomie de la Banque d'Angleterre.

Pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne

Réalisme, liberté, entreprise : tels...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant