Jérémie Hardouin : "Je me suis réveillé un matin avec la moitié du visage paralysé"

le
0
Jérémie Hardouin : "Je me suis réveillé un matin avec la moitié du visage paralysé"
Jérémie Hardouin : "Je me suis réveillé un matin avec la moitié du visage paralysé"

Ce soir, l'AS Yzeure défie Guingamp en 8e de finale de la Coupe de France. Un match aux allures de fête pour ce petit club de l'Allier qui évolue en CFA, le reste du temps. L'occasion parfaite pour parler foot (mais pas que) avec Jérémie Hardouin, milieu de terrain du club yzeurien.

Pour commencer, raconte nous un peu ton parcours. Je suis de Vierzon, donc c'est tout naturellement que j'ai commencé à jouer au foot là-bas, à l'Eglantine de Vierzon, de débutant jusqu'à moins de 18. Ensuite, à 16 ans, je suis parti dans l'autre club de Vierzon qui jouait en CFA 2, où j'ai joué une année, avant de rejoindre le Clermont foot l'année de mes 18 ans. Je suis resté quatre ans à Clermont dont trois années en CFA 2 et la dernière avec le groupe professionnel, dirigé alors par Michel Der Zakarian. Malheureusement, je n'ai pas eu ma chance en Ligue 2 et je n'ai pas signé de contrat professionnel. Du coup, j'ai quitté le club et j'ai signé en CFA 2 à Bourges. Ensuite, j'ai eu pas mal de problèmes de santé qui m'ont empêché de jouer pendant mes deux premières saisons. Et puis, lors de ma dernière saison, l'année dernière en fait, j'ai enfin réussi à faire une saison complète et c'est ce qui m'a permis de signer à Yzeure, l'été dernier.
Tu parles de tes problèmes de santé, est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur cette paralysie faciale que tu as eue, en 2011 ? En fait, je me suis réveillé un matin avec la moitié du visage paralysé. C'est d'ailleurs ça qui a engendré mes problèmes de blessures par la suite. Je me rappelle qu'on devait jouer contre Istres en Coupe de France, et puis je me suis réveillé un jour avec cette paralysie et ça a duré pendant quatre mois. Il n'y a pas eu d'explication concrète sur ce que j'avais. Les médecins m'ont juste dit qu'ils suspectaient un virus sans pour autant en savoir plus. J'ai fait tout un tas d'analyses qui ne révélaient rien d'anormal, et ça a fini par partir comme c'était venu. C'était une période plutôt dure mais maintenant c'est du passé.
Tu as pensé à arrêter le football à ce moment-là ? Non, pas du tout. Tous les médecins m'ont toujours dit que c'était temporaire, que ça finirait par passer. Du coup, je n'ai jamais perdu espoir. À aucun moment je n'ai envisagé de mettre un terme à ma carrière. Je voulais juste revenir le plus vite possible sans avoir de séquelles. J'ai toujours su que j'allais rejouer au foot.
Tu es donc arrivé à Yzeure l'été dernier. Quelles ont été tes premières impressions ? Je n'ai pas ressenti un immense changement. Il...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant