Jenia Grebennikov : " Aller chercher une demi-finale "

le
0
Jenia Grebennikov : " Aller chercher une demi-finale "
Jenia Grebennikov : " Aller chercher une demi-finale "
A l'heure du coup d'envoi du championnat du monde (30 août - 21 septembre) en Pologne, l'équipe de France s'avance ambitieuse dans la compétition. Jenia Grebennikov, libéro, a hâte d'en découdre.

Jenia, votre fédération a déclaré vouloir obtenir une médaille en Pologne. C'est aussi votre objectif ?
Notre objectif commun, c'est d'aller à Rio en 2016, pouvoir performer et se qualifier aux Jeux Olympiques. On a vraiment cette ambition de ramener quelque chose, de ramener une médaille dans les deux ans. La compétition qui se présente, c'est le championnat du monde donc on va essayer de faire un beau parcours et pourquoi pas ramener une médaille. Aller chercher, au moins, une demi-finale, ça serait le top.

Il s'agit de votre premier championnat du monde, c'est quelque chose de particulier ?
Il y a quelques joueurs dans l'équipe qui ont déjà disputé un Mondial et ils en parlent comme si c'était quelque chose de magique, une sorte de mini-Jeux Olympiques.  L'année dernière, j'ai découvert le championnat d'Europe, c'était top mais le championnat du monde, c'est le summum. Surtout que cela se déroule dans un pays où le sport national est le volley. J'espère que ça va être génial.

« Cette équipe de France aime ne pas être favorite »

Vous évoluez en Allemagne (Friedrichshafen) et vous avez l'habitude de jouer dans des ambiances surchauffées. Tous vos coéquipiers ne peuvent pas en dire autant, quel est votre ressenti là-dessus ?
C'est stressant mais c'est très plaisant. Dès qu'on réussit à faire de belles choses dans ces conditions, l'équipe se transcende encore plus. On aime jouer avec le public et je pense que c'est un avantage pour nous.

Est-ce qu'il y a une équipe dans votre poule que vous redoutez particulièrement ?
Je dirais plutôt les Etats-Unis avec Matthew Anderson (réceptionneur-attaquant). Après il y a l'Iran, avec eux c'est un peu l'inconnu. Ils font de très bonnes performances (quatrième de la dernière Ligue Mondiale, ndlr) et je ne sais pas du tout à quoi m'attendre. On a commencé à les regarder à la vidéo, je suis intrigué par cette équipe.

Le fait de tomber dans le groupe de la mort peut-il être bénéfique pour les Bleus ?
C'est vrai qu'on a les plus grosses équipes de notre poule. Cette équipe de France aime beaucoup ne pas être favorite pendant un match, c'est plus simple pour aborder une rencontre et pour jouer. Certes, ça va être compliqué au vu de la dimension physique et de la puissance de nos adversaires mais on aime ça. C'est un challenge de montrer qu'on peut battre plus fort que nous, c'est ce qu'il s'est passé ces deux dernières années. Ça ne me fait pas peur, au contraire, ça me réconforte sur le fait qu'on peut faire quelque chose contre les grosses équipes.  

« Accéder aux JO »

Le libéro est un poste exposé, vous attendez-vous à avoir beaucoup de boulot face à des adversaires redoutables (USA, Italie, Iran, Belgique, Porto Rico) ?
Les adversaires qu'on va avoir sont très connus pour leurs services très puissants. Moi, au niveau du fonds de jeu arrière, je vais avoir beaucoup de boulot et devoir gérer. Je devrai aussi mettre en bonne condition le passeur pour que les attaquants soient bien servis et qu'ils terminent le point.

Vous avez un exemple de libéro ?
J'en ai plusieurs parce que je les ai côtoyés. Mes prédécesseurs étaient Hubert Henno et Jean-François Exiga. Un autre est fantastique et a un jeu très dynamique, explosif, c'était le libéro du Brésil, Sergio. Il était vraiment euphorique et nous sortait des coups de génies. Moi, c'est vrai que je suis plus ce genre de libéro même si je sais que je dois plus canaliser mon jeu et ressembler à mes deux compatriotes.

Quel est votre objectif à court terme en équipe de France ?
C'est de gagner quelque chose, de ramener une médaille. Mais surtout de performer dans l'optique de Rio. Depuis que Laurent Tillie est arrivé, c'est l'objectif qu'il a annoncé. Mais d'abord, il faut répondre présent dans les compétitions pour pouvoir accéder à ces Jeux Olympiques.

Propos recueillis par Michael Beaupres de Monsales

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant