Jeb Bush : «Je suis candidat à la présidence des Etats-Unis»

le
0
Jeb Bush : «Je suis candidat à la présidence des Etats-Unis»
Jeb Bush : «Je suis candidat à la présidence des Etats-Unis»

Jeb Bush, 62 ans, a officialisé lundi sa candidature aux primaires républicaines pour la Maison Blanche en 2016, valorisant son expérience de gouverneur dans les années 2000 pour contrecarrer son image d'héritier de la dynastie Bush. «Je ne prendrai rien, ni personne pour acquis. Je ferai campagne avec mon coeur. Je ferai campagne pour gagner», a déclaré Jeb Bush lors d'un discours à Miami vers 22 heures (heure française).

L'annonce était guettée depuis six mois, quand le républicain était de fait entré dans la course en confirmant son intérêt pour la présidence et en commençant à lever des millions de dollars auprès du dense réseau de donateurs tissé depuis plusieurs décennies, dans les pas de son frère et de son père. «Nous avons fait de la Floride le premier Etat pour la création d'emplois», devait arguer dans ce discours Jeb Bush, qui dirigea le grand Etat du sud-est du pays de 1999 à 2007, une expérience exécutive qu'il érige en argument électoral numéro un.

I'm running for President of the United States. I will run with heart. I will run to win. http://t.co/Z3wh8ECPUl— Jeb Bush (@JebBush) 15 Juin 2015

En pariant sur son bilan, même distant, il entend au passage associer certains de ses nombreux rivaux, qui siègent au Sénat, au dysfonctionnement politique qui paralyse la capitale fédérale. «Nous ferons en sorte que Washington, la capitale statique d'un pays dynamique, arrête de créer des problèmes», devait dire le républicain.

Il n'a pas envie de s'attarder sur la présidence de George W. Bush. Certes, il répète souvent son admiration inconditionnelle pour son frère et leur père, le premier président Bush, mais il insiste : «Jeb est différent de George». C'est que ses liens familiaux l'ont déjà fait trébucher, sur la question de l'invasion de l'Irak. Après avoir défendu la décision de son frère, il a récemment admis qu'avec le recul, s'il avait été président ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant