Jean-Yves Le Drian en Centrafrique auprès des troupes françaises

le
2
JEAN-YVES LE DRIAN À BANGUI
JEAN-YVES LE DRIAN À BANGUI

PARIS (Reuters) - Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'est rendu vendredi en Centrafrique pour s'adresser aux troupes françaises et rencontrer les autorités locales de ce pays où 1.600 soldats français sont déployés.

La France a lancé la semaine dernière, sous l'égide de l'Onu, une intervention militaire programmée pour durer six mois à la suite de violences à caractère religieux entre chrétiens et musulmans.

"Je suis arrivé à Bangui en Centrafrique pour adresser un message de confiance à nos forces et faire un point complet sur la situation", écrit Jean-Yves Le Drian sur son compte Twitter.

Après s'être adressé aux troupes françaises basées dans la capitale, le ministre est parti pour la ville de Bossangoa, au nord de Bangui, pour y rencontrer des soldats ainsi que les autorités locales et religieuses, a-t-il ajouté sur le réseau social.

Le président François Hollande s'est également rendu à Bangui mardi après le décès de deux soldats français au cours d'une patrouille près de l'aéroport de Bangui.

Après le vote d'une résolution le 5 décembre par le Conseil de sécurité de l'Onu, la France a envoyé des renforts militaires en Centrafrique pour épauler une force africaine comptant 3.000 soldats.

Les affrontements confessionnels en Centrafrique ont fait plus de 400 morts.

Marion Douet, édité par Bertrand Boucey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • PHI98807 le vendredi 13 déc 2013 à 08:02

    A force de stigmatiser les musulmans contre les chrétiens et les chrétiens contre les musulmans on va finir par l' avoir chez nous la guérilla civile

  • PHI98807 le vendredi 13 déc 2013 à 07:50

    Et en Syrie, il parait qu'ils se tapent dessus. Faudrait y aller. Et en Corée du Nord y a-t-il pas de la répression dans l'air? Faudrait y aller aussi. Et en Ukraine ? Et en afganistan ? La France ne s' écroule pas assez vite, il faut accélérer son effondrement.