Jean-Yves Le Drian élu président à temps partiel de Bretagne

le
0
    PARIS, 18 décembre (Reuters) - Jean-Yves Le Drian a été élu 
vendredi pour un troisième mandat à la présidence de la région 
Bretagne, un rôle qu'il remplira avec le concours de son premier 
vice-président puisqu'il cumule désormais cette fonction avec 
celle de ministre de la Défense. 
    L'ancien maire socialiste de Lorient avait annoncé avant le 
scrutin, remporté dimanche dernier par ses listes avec plus de 
50% des suffrages au second tour, qu'il resterait au 
gouvernement jusqu'à décision contraire de François Hollande. 
    "C'est donc dans la clarté que les Bretonnes et les Bretons 
ont pu déterminer leur choix", a déclaré Jean-Yves Le Drian lors 
de son discours d'intronisation. 
    "Pendant cette période intermédiaire, liée à une conjoncture 
extraordinaire, je confierai autant que nécessaire à mon premier 
vice-président (...) la délégation de responsabilité lui 
permettant de me seconder", a-t-il ajouté.   
    Au moment d'annoncer sa candidature, mi-octobre, le ministre 
socialiste avait laissé entendre qu'il ne cumulerait pas ses 
fonctions en cas de victoire aux régionales, mais il a fait 
volte-face à la suite des attentats du 13 novembre. 
    Dans la foulée de ces attaques revendiquées par l'Etat 
islamique, la France a redoublé ses frappes sur la Syrie et 
Jean-Yves le Drian a fait savoir qu'un éventuel succès ouvrirait 
une période de "transition" dans la région. 
    Ce revirement n'a pas entamé son crédit en Bretagne, où la 
gauche a recueilli dimanche 51,41% des suffrages, même sans le 
soutien d'Europe Ecologie-Les Verts qu'il n'avait pas jugé bon 
d'accueillir sur ses listes. 
    La Bretagne est la seule région de France où une liste a 
obtenu la majorité absolue dans une triangulaire. 
    Déjà élu en 2004 puis en 2010, Jean-Yves Le Drian avait 
quitté le conseil régional en 2012 pour rejoindre le 
gouvernement de Jean-Marc Ayrault et cédé sa place de président 
au socialiste Pierrick Massiot.   
    Vendredi, il a été élu avec le soutien de 53 conseillers sur 
les 83 que compte l'assemblée. 
 
 (Simon Carraud, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant