Jean-Vincent Placé, le «Richelieu des Verts»

le
0
Le sénateur de l'Essone, réputé pour son sens du rapport de force, a semé le trouble vendredi en s'interrogeant sur la place des Verts au sein du gouvernement.

Daniel Cohn-Bendit, son meilleur ennemi de l'intérieur, le traita un jour de «Richelieu des Verts». Féru d'histoire de France, Jean-Vincent Placé prit alors l'attaque du libertaire «Dany» pour un compliment. Il envisagea même un temps de se lancer dans l'écriture d'un essai sur le cardinal à la robe rouge, dont il admire l'art de l'intrigue. Mais c'était avant de faire son entrée sous les ors du Sénat, en 2011, et de prendre la présidence du premier groupe écolo de l'histoire de la Haute Assemblée.

Aujourd'hui, à seulement 44 ans, le sénateur Placé cite volontiers ses autres modèles en politique. François Mitterrand, dont il loue la ruse, c'est-à-dire «l'intelligence», mais aussi «la fidélité en amitié», occupe ainsi une bonne place dans son panthéon personnel. «Preuve que je ne suis pas un antis...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant