Jean-Pierre Raffarin : «Le gouvernement est à côté de la plaque»

le
0
Jean-Pierre Raffarin : «Le gouvernement est à côté de la plaque»
Jean-Pierre Raffarin : «Le gouvernement est à côté de la plaque»

Jean-Pierre Raffarin était l'invité ce dimanche de l'émission «Tous politiques», avec France Inter, «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France». Le sénateur de la Vienne, ancien Premier ministre de Jacques Chirac, a critiqué l'action du gouvernement. S'il a salué la «première semaine de président de l'UMP» de Nicolas Sarkozy, il a refusé de choisir entre l'ancien chef de l'Etat et le maire de Bordeaux Alain Juppé, dont il avait dit, il y a quelques jours partager la ligne politique. 

Interrogé à la toute dernière minute de l'émission sur la réformes des notes à l'école, Jean-Pierre Raffarin a révélé le décès de sa mère. Les notes étaient, a-t-il expliqué, «une façon simple, précise de donner une information sur le niveau du moment. C'était pour moi très utile». Puis, la voix chargée d'émotion : «J'ai perdu quelqu'un de très cher à mon c½ur, qui me suivait beaucoup dans mon parcours politique, à qui je téléphonais après chaque émission et elle me donnait une note. J'ai perdu ma mère». 

La France allergique aux réformes. Aujourd'hui, estime l'ancien Premier ministre, «il n'y a pas une grande loi sur le développement des PME, l'artisanat ou sur la politique du logement. Il y a des petites réformes qui créent souvent des irritations. Au fond le gouvernement est à côté de la plaque en ce moment, les Français s'en rendent compte et ils rouspètent».

La loi Macron. Jean-Pierre Raffarin n'est pas opposé à ce que, dans certaines régions et certaines villes, on envisage d'ouvrir davantage les magasins le dimanche. «Ce qui me frappe aujourd'hui, c'est que, malgré une crise économique profonde, ce gouvernement ne propose pas vraiment de réforme. Ce sont des décisions parisiennes, plus marketing qu'économiques». Pourtant, juge-t-il, «le monde rural a besoin de notaires. Si les pharmacies n'étaient pas réglementées, il y a des endroits où il n'y en aurait pas. Vous croyez qu'il y a un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant