Jean-Pierre Raffarin hostile à un retour de Nicolas Sarkozy

le
1
JEAN-PIERRE RAFFARIN HOSTILE À UN RETOUR DE NICOLAS SARKOZY
JEAN-PIERRE RAFFARIN HOSTILE À UN RETOUR DE NICOLAS SARKOZY

PARIS (Reuters) - "Je préfèrerais que la jeune génération assume notre avenir", a déclaré jeudi l'ancien Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin, s'opposant implicitement à l'éventuel retour de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2017.

"On ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve, disait-on", a commenté le sénateur de la Vienne sur RMC Info et BFM TV.

L'ancien ministre UMP Bruno Le Maire, qui a rencontré récemment Nicolas Sarkozy, a estimé mardi sur Public Sénat que si l'ancien président décidait de revenir à l'avant-scène, les responsables de l'UMP, dont François Fillon et Jean-François Copé, adversaires pour la présidence de l'UMP, n'auraient d'autre choix que de s'effacer.

Selon Le Canard Enchaîné, Nicolas Sarkozy aurait expliqué qu'il avait l'impératif "moral" de se présenter en 2017 face à un François Hollande qui "abaisse la fonction (présidentielle) et le rôle de la France".

Une primaire ouverte, sur le modèle de la primaire socialiste, est théoriquement prévue en 2016 pour désigner le candidat de la droite à la présidentielle de 2017.

"Je pense que ça va être le problème de l'UMP", a estimé Jean-Pierre Raffarin, qui s'est prononcé pour Jean-François Copé dans la bataille pour la direction du parti néogaulliste.

"Je pense que notre situation en matière d'élection présidentielle à l'UMP ne va pas être clarifiée par les trois ans qui viennent", a-t-il poursuivi.

Le prochain président de l'UMP, qui succédera de fait à Nicolas Sarkozy, sera désigné les 18 et 25 novembre prochains par un vote des adhérents pour un mandat de trois ans.

"Celui qui va être élu, il va être tout de suite fragilisé par un projet de primaire. Le lendemain matin, les autres, qui n'auront pas été forcément candidats, vont s'engager dans une primaire", a déclaré Jean-Pierre Raffarin.

"Non seulement celui qui aura été élu aura une contestation avec la primaire et puis d'autre part, il aura l'ombre portée de Nicolas Sarkozy de l'autre côté", a-t-il ajouté.

Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4333993 le jeudi 4 oct 2012 à 11:38

    Ben justement, qu'attendez-vous M. Raffarin pour vous mettre en retraite au plus vite...