Jean-Pierre Mignard : Jésus, Hollande, et moi...

le
0
Jean-Pierre Mignard : Je crois que la faute originelle de cette gauche au pouvoir, c'est de ne pas avoir fait de gouvernement de coalition.
Jean-Pierre Mignard : Je crois que la faute originelle de cette gauche au pouvoir, c'est de ne pas avoir fait de gouvernement de coalition.

Il est l'avocat et l'un des plus proches amis de François Hollande, il milite à gauche depuis toujours et a soutenu le mariage pour tous. Mais dans Gardiens de nos frères (à paraître aux éditions Stock*), l'avocat Jean-Pierre Mignard parle de ce qu'il n'avait jamais évoqué avec tant de fougue : sa foi de catholique pratiquant. Et il interpelle son ami, le président.Le Point.fr : Vous n'avez jamais fait mystère de votre pratique religieuse, mais de là à faire, publiquement, votre profession de foi, qu'est-ce qui vous prend ?Jean-Pierre Mignard : Lorsqu'on est de droite, il est encore de bon ton de se montrer à l'église le dimanche, mais quand on est de gauche, comme moi, c'est plus compliqué. Je vote avec les uns, je communie avec les autres ! Or je suis à un moment de ma vie où j'ai envie de dire que je suis croyant, de raconter mon parcours. Et puis, bien qu'étant un laïc intransigeant, je pense que la sphère politique aurait tout à gagner à s'ouvrir un peu plus à l'appréhension des mouvements religieux. Il faut que les politiques parlent aux religions, et inversement. Quand le pape François nous interpelle, à Lampedusa, nous demande comment nous pouvons encore dormir avec ces drames à notre porte, je trouve que cela a un sens. Je suis favorable à une laïcité plus curieuse, plus ouverte aux messages religieux...La laïcité positive que défendait Nicolas Sarkozy ?Lionel Jospin, bien avant lui, avait parlé de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant