Jean-Pierre Jouyet, un ami du président à l'Elysée

le
0
Jean-Pierre Jouyet, un ami du président à l'Elysée
Jean-Pierre Jouyet, un ami du président à l'Elysée

Ils se sont liés d'amitié à l'armée. Pour resserrer les rangs de la majorité, ils se verront désormais dans les couloirs de l'Elysée. Après la débâcle de la gauche aux élections municipales, François Hollande a décidé de nommer l'un de ses plus proches au secrétariat général de l'Elysée. Jean-Pierre Jouyet remplace Pierre-René Lemas, qui a remis sa démission mercredi.

Un ami de longue date, donc, même si l'histoire n'est pas sans remous. A 22 ans, François Hollande et Jean-Pierre Jouyet partagent la même chambrée à Saint-Cyr-Coëtquidan, avec Michel Sapin, futur ministre du Travail, et Henri de Castries, futur patron d'Axa. Trois ans plus tard, en 1980, ils se retrouvent sur les bancs de l'ENA, au sein de la fameuse promotion Voltaire. On y trouve également Ségolène Royal, Dominique de Villepin et Renaud Donnedieu de Vabres.

Une relation fragilisée en 2007

A sa sortie, Jean-Pierre Jouyet rejoint successivement l'Inspection générale des finances, puis les cabinets de Roger Fauroux (ministre de l'Industrie de 1988 à 1991), de Jacques Delors (président de la Commission européenne) et de Lionel Jospin, quand celui-ci arrive à Matignon en 1997. Il occupe ensuite le poste de directeur du Trésor jusqu'en 2004.

Sa relation avec François Hollande se trouve sévèrement fragilisée quand il devient secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes au sein du gouvernement de François Fillon en 2007. Les contacts, habituellement très fréquents, se distancient.

«Leur lien n'a jamais été rompu, ils ont toujours été en contact direct», assure néanmoins un proche de Jean-Pierre Jouyet au sein de la Caisse des dépôts (CDC), une entité dont le haut fonctionnaire de 60 ans prend la présidence après la victoire de François Hollande en 2012. Auparavant, il avait pris la tête de l'Autorité des marchés financiers, en pleine crise financière.

Samedi, il avait annoncé son départ de la Banque publique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant