Jean-Pierre Jouyet revient sur les dossiers de l'AMF au menu 2012

le
3
(NEWSManagers.com) - Le dispositif de régulation en matière de gouvernance d'entreprise est partiellement en retard sur les meilleures pratiques européennes ou internationales a estimé le 29 juin Jean-Pierre Jouyet, le président de l'Autorité des marchés financiers - pressenti pour prendre les rênes de la Caisse des dépôts et consignations ( CDC) - à l'occasion de publication du rapport annuel 2011 de l'Autorité.

Les codes de gouvernement d'entreprise pourraient notamment faire l'objet de processus d'élaboration larges incluant investisseurs et sociétés cotées, qui pourraient faire émerger un consensus de place. Jean-Pierre Jouyet estime qu'il faudra également se poser la question du renforcement du pouvoir des assemblées générale, notamment en donnant aux actionnaires un droit de regard sur les niveaux de rémunération des dirigeants (" say on pay" ). " Je crois qu'il faut la transparence la plus large possible des rémunérations, des conventions réglementées à l'égard des assemblées générales" .

Sur la problématique du conseil en investissement et de la régulation de la distribution de produits financiers, Jean-Pierre Jouyet appelle de ses voeux une réflexion qui pourrait déboucher sur une remise à plat des conditions d'exercice, de rémunération et de régulation du métier de conseiller financier, qu'il soit exercé en grand réseau ou par des établissements indépendants. L' AMF a par ailleurs formulé un certain nombre de propositions visant à la réparation des préjudices financiers, dont certaines nécessitent des aménagements législatifs, notamment dans le cas du développement des clauses d'action collectives encadrées " à la française" .

Enfin, Jean-Pierre Jouyet, a insisté sur la nécessité de mettre les marchés au service du financement à long terme de l'économie, par le biais d'une politique de l'épargne cohérente, efficace et ciblée, avec une attention particulière à l'industrie de la gestion d'actifs, qui joue un rôle décisif dans l'allocation de l'épargne des particuliers et des institutionnels. " On ne pourra pas développer une place financière au service d'un financement à long terme de notre économie, de sa croissance, que si les règles fiscales et les instruments de réglementation et de régulation apparaissent suffisamment stables et lisibles pour les investisseurs, notamment étrangers, qui contribuent de plus en plus au développement de nos entreprises et de notre économie" , a souligné Jean-Pierre Jouyet.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • couvidat le jeudi 5 juil 2012 à 15:48

    Je suis petit porteur et j'en ai marre que l'on veuille faire du socialiste avec la bourse, soit qu'on a confiance dans les entreprises ou alors on prend la carte du partie communiste ou socialisteM Jouyet est un bon socialiste, bon fonctionnaireDans deux ans la France sera un bon état socialiste comme URSS on a vu la suiteJe suis petit porteur et je n'ai pas besoin du grand frère socialiste pour placer mon argent

  • AND.KOTE le jeudi 5 juil 2012 à 15:37

    MR JJOUYET a été tres laxiste

  • M291160 le jeudi 5 juil 2012 à 15:37

    des mots ,des effets de manche mais rien de concret pour protéger les petits porteurs qui sont la proie des requins de la "finance"