Jean-Pierre Garchery, le stade de la discorde

le
0
Jean-Pierre Garchery, le stade de la discorde
Jean-Pierre Garchery, le stade de la discorde

Depuis plus de 66 ans, la ville de Joinville-le-Pont a pris possession du stade Jean-Pierre Garchery, situé en lisière du bois de Vincennes, en périphérie parisienne. Mais les associations joinvillaises - dont le club de foot - sont en colère : Paris veut reprendre la main sur l'enceinte. Éclairages sur un bras de fer qui menace de laisser des centaines de licenciés sur le carreau.

" Sauvons notre stade ! ", arrangue Olivier Dosne. Le maire de Joinville-le-Pont (LR) vient de lancer au mois d'août une pétition " pour que le stade Jean-Pierre Garchery reste aux Joinvillais ". Trois semaines plus tard, 1600 signataires ont rejoint son combat. Actuellement, trois clubs occupent les créneaux de l'enceinte en dehors des horaires scolaires : un club de foot, le Racing Club de Joinville (800 licenciés), un club d'athlétisme, l'Athlétique Club Paris Joinville (750 licenciés) et un club de tennis, le Racing Tennis Club de Joinville (250 licenciés). Éric Rannou, secrétaire général du Racing, craint " la mort " de son association. Et pour cause, à partir de la rentrée prochaine, la mairie de Paris souhaite reprendre la main sur les créneaux les plus demandés des terrains (1 en herbe, 2 en synthétique) du stade.




Si la capitale détient ce pouvoir, c'est parce que le stade lui appartient à une dizaine de mètres près ! Construite en 1948, l'enceinte municipale joinvillaise est plantée à la frontière entre le XIIe arrondissement de Paris et Joinville - côté parisien. Depuis plus de 66 ans, le stade héberge les associations sportives de la ville val-de-marnaise via une concession avec la ville de Paris, renouvelée en 1991 ; sauf que cette dernière arrive à son terme le 30 juin 2016, et la mairie de la capitale, nouvellement élue, n'entend pas prolonger la concession dans des conditions similaires. " Le Racing, c'est le seul club de foot de la ville. On est tous bénévoles, on donne de notre temps libre, tempête Éric Rannou. Les éducateurs, les parents, tout le monde est dégoûté. On se pose pleins de questions : pourquoi ? "

Mairie de Paris vs mairie de Joinville


Jean-François Martins, adjoint à la maire de Paris en charge des sports et du tourisme - nommé en 2014 - répond du tac au tac : " C'est parce que nous en avons besoin ! Paris est déjà…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant