Jean-Paul Huchon : « Je suis un rockeur »

le
0
Jean-Paul Huchon : « Je suis un rockeur »
Jean-Paul Huchon : « Je suis un rockeur »

Plus de sept Franciliens découvrent chaque jour leur séropositivité. La région parisienne est la plus touchée par le sida en France. Du coup, le conseil régional verse chaque année 800 000 € à Solidays, ce qui en fait un partenaire privilégié. Mais pour Jean-Paul Huchon (PS), qui soutient le festival depuis ses débuts en 1999, ce sera le dernier Solidays en tant que président de l'assemblée régionale. L'occasion pour lui de troquer le costume-cravate par le Perfecto et de dévoiler une facette inconnue de son personnage.

Votre départ menace-t-il le festival ?

JEAN-PAUL HUCHON. Je ne pense pas. La lutte contre le sida est une cause qui dépasse largement le clivage gauche-droite. Même sans ma casquette de président, je continuerai à aller à Solidays comme j'y suis allé chaque année. Le sida n'a pas disparu, il y a un certain relâchement maintenant qu'on peut y survivre. Il faut donc continuer le combat.

Vous vous dites particulièrement touché par la question du sida. Pourquoi ?

Vous savez, je suis un rockeur et je me souviens d'une merveilleuse chanson de Lou Reed (Magician), consacrée au sida et qui disait «  Je suis jeune mais je vais mourir ». Ça m'a énormément marqué. Le sida, c'est l'exclusion, c'est contraire à mes valeurs.

Vous avez bien dit que vous étiez un rockeur ?

On a un petit groupe avec mon fils, les Nains de jardin ! Je joue du piano. Quand je vais à l'étranger, j'essaie toujours de dénicher des disques et des enregistrements rares. Il m'arrive aussi de louer des salles et de raconter des pans de l'histoire du rock. On a fait ça par exemple pendant la campagne de 2010 avec Julien Dray au Plan à Ris-Orangis !

Qu'est-ce qui est le plus rock ? La musique ou la politique ?

La musique heureusement ! L'esprit rock manque à la politique, à savoir l'humour, la capacité de se moquer de soi et le côté rebelle. Ça donnerait moins de langue de bois et moins de tromperie...

Si Valérie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant