Jean-Noël Guérini renvoyé en correctionnelle pour un licenciement

le
7
JEAN-NOËL GUÉRINI RENVOYÉ EN CORRECTIONNELLE POUR UN LICENCIEMENT PRÉSUMÉ FRAUDULEUX
JEAN-NOËL GUÉRINI RENVOYÉ EN CORRECTIONNELLE POUR UN LICENCIEMENT PRÉSUMÉ FRAUDULEUX

MARSEILLE (Reuters) - Le président socialiste du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Nöel Guérini, a été renvoyé en correctionnelle pour "détournement de fonds publics" dans une affaire de licenciement présumé frauduleux, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Le juge d?instruction Charles Duchaine a pris cette décision le 14 mars dernier et a également renvoyé en correctionnelle le député socialiste Jean-David Ciot, a-t-on ajouté.

La justice soupçonne les deux élus d'avoir organisé le licenciement en 2011 de Jean-David Ciot du Conseil général des Bouches-du-Rhône en échange de 62.000 euros d'indemnités.

Jean-David Ciot a été élu depuis premier secrétaire de la fédération PS des Bouches-du-Rhône.

"Il s?agit d?un litige de droit social qui ne supporte aucune qualification pénale", a déclaré à Reuters Me Dominique Matteï, avocat de Jean-Noël Guérini.

"M. Ciot a été licencié dans les conditions prévues par la loi dans le cadre d?une transaction avec un ancien salarié. Le fond du dossier repose sur l?appréciation de la régularité d?un licenciement", a-t-il ajouté.

Le parquet de Marseille avait demandé le renvoi des deux hommes en correctionnelle en juillet dernier. La date du procès n?a pas encore été fixée.

La décision du juge a amené la ministre déléguée aux Personnes handicapées et candidate socialiste dans le IIIe secteur de Marseille, Marie-Arlette Carlotti, à demander mercredi à la direction du PS l?exclusion de Jean-Noël Guérini.

"Une nouvelle fois, Jean-Noël Guérini fait la une de la rubrique justice en étant renvoyé en correctionnelle dans l'une des nombreuses affaires judiciaires dans lesquelles il est mis en cause", écrit-elle dans un communiqué.

Elle reproche à Jean-Noël Guérini d'avoir scellé un accord avec le maire UMP sortant Jean-Claude Gaudin pour se maintenir à l'issue du second tour des élections municipales de dimanche.

"Je demande solennellement à la direction du Parti socialiste son exclusion, sans délai. Je ne veux plus aucune compromission", ajoute la ministre.

(François Revilla, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le mercredi 26 mar 2014 à 20:25

    il faut le lire pour y croire:La justice soupçonne les deux élus d'avoir organisé le licenciement en 2011 de Jean-David Ciot du Conseil général des Bouches-du-Rhône en échange de 62.000 euros d'indemnités. Jean-David Ciot a été élu depuis premier secrétaire de la fédération PS des Bouches-du-Rhône.ALLEZ LES SOCIALOS, LES VERTS...

  • am013 le mercredi 26 mar 2014 à 19:59

    Tous des mécréants ! et le reste n'est que balivernes ! j'aurais bien dit d'autres mots mais cela censure automatiquement...commme quoi même là on est pas dans un espace de liberté

  • sade11 le mercredi 26 mar 2014 à 19:44

    Ce n'est plus ni le bord ni le parti qui les intéresse.Seulement les avantages, le FLOUZE comme dirait l'uatre. Pomper gratuitement VOS impôts, NOS impôts...Pauvre France. Pillée depuis l'aube par tous ces politicards au nom de quoi?

  • pichou59 le mercredi 26 mar 2014 à 18:54

    l'argent du "petit peuple" bien utilisé

  • fgino le mercredi 26 mar 2014 à 18:46

    bizarre ! entre 2 tours on s'occupe de Guérini ?? le rat tobi ???

  • M4841131 le mercredi 26 mar 2014 à 14:48

    1 balle comme en corse pour ce f.umier !!!

  • miez1804 le mercredi 26 mar 2014 à 14:36

    Et lui il n'est pas sous ecoute telephonique avec toutes les magouilles qu'il a fait?!