Jean-Michel Aulas, le président VRP

le
0

Ben Arfa aussi fort de Ronaldo, Lacazette voué à dépasser Benzema, Grenier véritable copie lyonnaise de Kaká ou encore Fekir comparé à Messi. Jean-Michel Aulas, en bon VRP de son Olympique lyonnais, n'a jamais lésiné quand il s'agissait de comparer l'un de ses poulains à une pointure mondiale. Dernier exemple en date, N'Jie, Eto'o 2.0. Petite revue d'effectif à travers le prisme de la vision aulassienne.

  • Anthony Lopes, un Lloris dans chaque doigt Quand, au mois de juin, faute d'avoir accroché une place en Ligue des champions, il voit Hugo Lloris signer au PSG, Tottenham se tourne naturellement vers l'ancien club de son portier : Lyon. Car Anthony Lopes vient de réussir une saison de haute volée, et les Londoniens voient en lui le parfait successeur. Une offre de 10 millions d'euros plus tard, Jean-Michel Aulas se fend d'un tweet caustique : "offre risible de @spursofficial o jourdui Antho Lopes, c'est un Hugo Lloris dans chaque phalange ". Plus c'est gros, mieux ça passe.

  • Samuel Umtiti, le Thuram gaucher La belle saison lyonnaise, qui s'achève sur le titre décroché à la dernière journée, attire la lumière des recruteurs européens. Pour Samuel Umtiti, l'OL reçoit rapidement une offre de 12 millions de Manchester United, soucieux de reconstruire une défense instable. Sur Twitter, son outil de négociation favori quand il ne s'invite pas sur RMC, le président lyonnais n'y va pas par quatre chemins : " Umtiti, c niveau Lilian Thuram 2001, mais pe jouer à gauche et non à droite. Donc 36 millions, + majoration pied gauche de 10%. Apprendre ou a laisser, recontacter par MP ". Le sens des affaires, cela ne s'apprend pas.

    Jordan Ferri, Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso

  • Corentin Tolisso : le milieu de terrain de France 98 Véritable confirmation de la saison, Corentin Tolisso a montré qu'il savait tout faire : ratisser, relayer, se projeter vers l'avant, voire marquer. Pas étonnant alors qu'en cours de mercato, plusieurs gros clubs européens dont le FC Valence, Arsenal et la Juventus viennent aux nouvelles. Dans une interview au Progrès, Jean-Michel Aulas prouve qu'il sait repousser ses limites : " Tolisso, c'est Karembeu, Vieira et Petit réunis dans un seul et même joueur ". Avant de critiquer Didier Deschamps qui préfère prendre ce " tocard de Matuidi "...






  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant