Jean-Marie Le Pen : «Que Marine Le Pen me rende mon nom»

le , mis à jour à 23:04
3
Jean-Marie Le Pen : «Que Marine Le Pen me rende mon nom»
Jean-Marie Le Pen : «Que Marine Le Pen me rende mon nom»

Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du FN, a sans surprise réagi vivement à la suspension de sa qualité d'adhérent du parti qu'il a fondé. Il a dénoncé «une félonie» de la part de sa fille et promis tous les recours possibles, assurant que les adhérents du parti «allaient être indignés» de la décision. «J'ai exprimé le souhait que Marine Le Pen me rende mon nom», a indiqué son père.

«Elle a la possibilité de le faire en se mariant soit avec son concubin, soit avec quelqu'un d'autre, après tout, pourquoi pas M. Philippot», a-t-il attaqué, visant le compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, qu'il n'apprécie guère, et le numéro deux du FN, Florian Philippot, qui a été le plus virulent à son égard dans la crise interne.

«C'est déshonorant d'avoir le même nom que la présidente du FN», a encore lancé l'ancien candidat à l'élection présidentielle. Il a aussi assuré qu'il allait demander à l'administration du parti de lui «renvoyer une partie de (ses) cotisations. Comme j'ai adhéré à 1.000 euros, je trouve que c'est beaucoup».

Va-t-il entamer des recours juridiques contre les décisions prises par le bureau exécutif du Front national ? «Ils doivent s'attendre à tous les moyens, a-t-il poursuivi. Ce n'est pas impunément qu'on m'attaque, même dans le dos.»

VIDEO. La colère de Jean-Marie Le Pen

D'après lui, «les adhérents vont être indignés par la félonie, en tout cas ceux qui ont le sens de l'honneur».

A-t-il le soutien de la base ? «Ça a été vu l'autre jour lorsque je me suis présenté sur la tribune place de l'Opéra, j'ai rassemblé un accueil sans équivoque», a assuré Jean-Marie Le Pen, qui s'était invité sur la tribune juste avant que sa fille ne s'exprime lors du traditionnel défilé frontiste du 1er mai en l'honneur de Jeanne d'Arc, et qui avait été applaudi.

«Je n'ai pas volé ce soutien, je ne l'ai pas reçu en héritage non plus», a-t-il aussi taclé, dans une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le mardi 5 mai 2015 à 08:47

    AH ga-ga ga !

  • M1054081 le mardi 5 mai 2015 à 05:36

    Il n'y a aucune moralité ni de sentiment familial dans ce clan , par ailleurs je ne crois pas qu'il en existe beaucoup dans le monde politique. Le bonheur c'est de partager disent les pauvres mais quand ils deviennent riches ils crachent sur ceux qui les ont aidés pour sortir de la misère.

  • brinon1 le mardi 5 mai 2015 à 02:06

    la viellesse est souvent un naufrage,encore plus affligeant pour un homme politique qui s'obstine à ne pas quitter son raffiot.