Jean-Marie Le Pen : «Je ne suis pas Charlie»

le
0
Jean-Marie Le Pen : «Je ne suis pas Charlie»
Jean-Marie Le Pen : «Je ne suis pas Charlie»

«Eh bien moi, je suis désolé, je ne suis pas Charlie.» Après son «Je suis Charlies Martel» et son tweet appelant à voter pour sa fille, vendredi, en pleine prise d'otages à Dammartin-en-Goële et porte de Vincennes, Jean-Marie Le Pen publie ce samedi sur son blog une vidéo dans laquelle il dénonce la marche de dimanche en hommage aux victimes de Charlie Hebdo, un rassemblement «orchestré par les médias». Il fait référence aux manifestations de Carpentras en 1990, après la profanation du cimetière juif de la ville, et de l'entre-deux tours de 2002 durant lequel le Front national était arrivé au second tour de la présidentielle.

«La manière dont tout cela est orchestré me rappelle des manifestations du même type qui furent organisées avec la complicité des médias, y compris des médias de droite, lors par exemple de l'affaire de Carpentras où le Front national fut accusé d'avoir violé une sépulture dans un cimetière juif alors qu'il était parfaitement innocent (...) Et puis il y a eu 2002, ce fut exactement le même phénomène : rassemblement orchestré par toute la presse», accuse l'ancien patron du FN dans son journal de bord vidéo, visiblement enregistré vendredi avant la fin des deux prises d'otage de Dammartin-en-Goële et de Vincennes.

«Et aujourd'hui, c'est : Nous sommes tous Charlie, je suis Charlie. Eh bien moi, je suis désolé, je ne suis pas Charlie. Et autant je me sens touché par la mort de douze compatriotes français dont je ne veux même pas savoir l'identité politique, encore que je la connaisse bien, qu'elle soit celle d'ennemis du FN qui en demandaient la dissolution par pétition il n'y a pas tellement longtemps», poursuit le fondateur du parti d'extrême droite.

La présidente du Front a annoncé officiellement vendredi matin qu'elle ne participerait pas à la marche républicaine de dimanche, à l'issue de sa rencontre avec François Hollande. Le FN n'a pas été convié à l'organisation de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant