Jean-Marie Le Pen attaque le FN en justice après sa suspension

le , mis à jour à 17:37
1
Jean-Marie Le Pen attaque le FN en justice après sa suspension
Jean-Marie Le Pen attaque le FN en justice après sa suspension

Après la contre-attaque politique, la réplique judiciaire. Jean-Marie Le Pen annonce ce mardi avoir assigné le Front national devant le tribunal de Nanterre pour «contester son exclusion» du parti qu'il a co-fondé en 1972 et qui est aujourd'hui dirigé par sa fille Marine.

Jean-Marie Le Pen a été suspendu le 4 mai par les instances dirigeantes du parti après la crise interne provoquée par une énième provocation sur les chambres à gaz, que la présidente du FN n'a cette fois pas admise. Sonné, dénonçant une «félonie» de sa fille à qui il demandait de lui «rendre son nom», il avait brandi la menace : «Ce n'est pas impunément qu'on m'attaque, même dans le dos».

Exclu, le député européen, qui a vu ses fidèles écartés des instances dirigeantes du parti, avait d'abord menacé de lancer sa propre formation politique, «pas concurrente du FN» mais qui pourrait tout de même récupérer les déçus de Marine.

«Je conteste mon exclusion comme adhérent et donc l'interprétation extensive» des statuts «qui me prive de ma présidence d'honneur, ce qui tend à me museler en vue du congrès par voie postale», a affirmé le vieux tribun à l'AFP. La méthode, «stalinienne» selon lui, consiste à demander «une réponse par oui ou par non à un ensemble de questions» dont celle portant sur la suppression du titre de président d'honneur du FN des statuts

Les statuts du FN ne prévoyant pas la déchéance du titre de président d'honneur, Marine Le Pen doit les modifier, et pour cela consulter les adhérents. La voie choisie a été celle d'une assemblée générale extraordinaire par correspondance, dont l'ordre du jour sera arrêté le 12 juin en bureau politique. Les résultats devraient être connus mi-juillet.

« Je n'ai pas reparlé avec mon père », répondait ce mardi matin Marine Le Pen, interrogée, sur iTélé, pour savoir où en étaient leurs relations. Il a dit qu'il voulait mettre la pédale douce, lui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5721895 le mardi 2 juin 2015 à 19:15

    Ah! quand même! On commençait à s'ennuyer.