Jean-Marie Le Pen admet avoir été angoissé d'être élu président en 2002

le , mis à jour le
1
Le cofondateur du FN Jean-Marie Le Pen.
Le cofondateur du FN Jean-Marie Le Pen.

Jean-Marie Le Pen confie ses "angoisses" à Society. Dans un entretien donné au magazine, le cofondateur du Front national assure avoir eu certaines peurs en 2002, après avoir passé le premier tour de la présidentielle. "En 2002, c'est vrai, j'ai envisagé avec une certaine angoisse qu'il y ait une déferlante populiste. Je ne suis pas spécialement un homme politique qui a la réputation d'être peureux, mais je sais évaluer le danger", assure notamment Jean-Marie Le Pen à Society.Mais l'homme politique ne s'arrête pas là. "Quand vous vous retrouvez dans l'hypothèse d'être président de la République alors que vous n'avez pas l'appareil pour le faire, vous ne trouvez pas que ça puisse susciter légitimement une impression d'angoisse ? Si ce n'est pas le cas, c'est que vous êtes un branleur", ajoute-t-il notamment."Vous défoncer la gueule"S'il a passé une fois le premier tour d'une élection présidentielle, Jean-Marie Le Pen confie n'avoir jamais cru en ses chances d'entrer un jour à l'Élysée. "Je n'ai jamais fait plus de 18 % et on n'accède pas au pouvoir quand on fait 18 %", assure le père de Marine Le Pen, avant de tacler sa fille, actuelle présidente du FN. "D'ailleurs, Marine n'a jamais fait plus, et elle ne fera pas plus demain en faisant un mélange d'UMP et de PS."Jean-Marie Le Pen profite également de l'interview donnée à Society pour dénoncer comme il en a l'habitude la "déferlante démographique qui va...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 29 mai 2015 à 23:12

    On l'aime ou on le déteste, mais reconnaissons sur ce point une lucidité exemplaire. On ne gouverne pas avec du populisme....