Jean-Marie Le Guen : «Il faut un camp républicain face au bloc réactionnaire»

le , mis à jour à 07:20
3
Jean-Marie Le Guen : «Il faut un camp républicain face au bloc réactionnaire»
Jean-Marie Le Guen : «Il faut un camp républicain face au bloc réactionnaire»

Les élus du Pôle des réformateurs, l'aile droite du PS, se réunissent aujourd'hui sur une péniche du XIIIe arrondissement de Paris. Jean-Marie Le Guen, un de leurs piliers, exhorte la gauche à regarder au-delà de ses frontières si elle veut l'emporter en 2017.

 

Quel message adressez-vous à la gauche en cette rentrée préélectorale ?

JEAN-MARIE LE GUEN. Nous souhaitons peser de façon déterminante sur l'élection présidentielle. Nous portons trois exigences : que notre candidat soit en position de s'adresser à tous les Français et ne s'enferme pas dans un dialogue avec la gauche, que soit confirmée la politique de compétitivité, ainsi que la maîtrise des déficits publics. Nous voulons que la gauche se rassemble, mais aussi qu'elle se dépasse.

 

Cette rentrée est plutôt marquée par les divisions dans votre camp...

Ne nous enfermons pas dans une gauche sectaire, qui nous marginaliserait. Aujourd'hui, l'alternative à cette gauche réformiste qui gouverne, ce serait une droite dure, voire l'extrême droite. Le risque de la présence du Front national au second tour et de l'élimination du candidat de gauche est avéré.

 

«Une gauche dure ou une droite dure prennent désormais le risque sérieux de faire élire Marine Le Pen»

 

Tout semble vous opposer aux frondeurs et à l'aile gauche du PS. L'unité est-elle encore possible entre vous ?

Lorsque je parle de rassemblement, je parle d'abord des Français. Ce que nous proposons, c'est au contraire un dépassement, sur un contenu républicain.

 

Vous voulez dire qu'il faut ouvrir à des personnalités du centre, voire de la droite ?

Une gauche dure ou une droite dure prennent désormais le risque sérieux de faire élire Marine Le Pen. L'objectif est de construire un camp républicain, qui s'opposera au bloc réactionnaire. Puisqu'il faudra rassembler ces républicains au second tour, n'ayons pas peur de leur parler dès le premier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 il y a 6 mois

    Tendance république populaire. comme à Moscou au bon temps

  • janaliz il y a 6 mois

    Les pires réacs aujourd'hui sont ses copains de la cgt, de la gauche archaïque au possible et autres assemblées de nantis arc boutés sur leurs prébendes... Les mots sont beaux dans leur définition intrinséque, mais complètement détournés et vides de sens dans les propos de mor.pions de la république...

  • M5441845 il y a 6 mois

    Quelle bonne idée de se réunir sur une péniche. Ça aide a comprendre ce que "être à la dérive" veut dire.