Jean-Marc Mormeck : "J'ai essayé la délicatesse, mais j'avais les mains moites".

le
0
Jean-Marc Mormeck : "J'ai essayé la délicatesse, mais j'avais les mains moites".
Jean-Marc Mormeck : "J'ai essayé la délicatesse, mais j'avais les mains moites".

Jean-Marc Mormeck a lâché les gants pour tirer les boules. L'ancien double champion du monde de boxe et jeune retraité a eu la main lourde pour le tirage au sort des quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Entre pression, mains moites et coupe de champagne, Mormeck raconte sa soirée à France Télé. Une interview coup de poing, évidemment.

Comment ça se fait qu'un boxeur se retrouve à faire le tirage au sort de la Coupe de la Ligue ? J'étais aux Étoiles du Sport, et, en arrivant, France Télé et ses responsables m'ont proposé de le faire. Vu mon actualité et ma carrière, ils recherchaient ce type de profil.
Quand tu arrives au studio, il se passe quoi ? Je sors des Étoiles du Sport, à la Plagne, puis un chauffeur m'amène à Lyon. C'est 2h30-3h de trajet. J'arrive là-bas, je suis super bien reçu au stade, puis au studio. Je passe au maquillage, on me présente les gens et on m'explique un peu comment ça va se passer, le tirage au sort, ce que c'est. Ensuite, il faut attendre que les matchs se terminent. Je regarde la première mi-temps assis au stade. On vient me chercher à la mi-temps pour que je retourne au plateau. On discute un peu, on fait le lancement, puis je suis retourné au stade. Je suis revenu sur le plateau pour voir la fin du match. Une fois que c'est fini, il y avait le magazine, on a discuté, et le tirage au sort a commencé.
Pour les repas, ça se passe comment ? Tu manges sur le plateau ou bien dans le stade ? J'ai mangé quand je suis reparti. Quand j'étais sur le plateau, j'aurais pu manger, mais, en fin de compte, je n'avais pas faim.
Quand tu as vu que Lyon-Monaco est allé jusqu'en prolongation, qu'est-ce que tu as pensé ? Ça mettait la pression. Je me disais, bon, la première mi-temps était un peu monotone, il n'y avait pas beaucoup d'action. En deuxième, ça s'est accéléré, puis en prolongation, il y a eu les buts. Après ce sont les tirs au but, et ça met un peu la pression. Je fais le pari avec le présentateur : "Je suis sûr que ça va se retourner et que Monaco va l'emporter." Lyon avait quand même dominé et avait eu plus d'actions, mais je lui ai dit que je sentais que Monaco allait gagner. Quand le gardien a stoppé le péno, je lui ai dit que c'était fort. Je ressentais la pression, alors que je n'y étais pas. C'est marrant quand même parce qu'on n'est pas dans le truc, mais on ressent quand même la pression.
Quand le studio reprend l'antenne, il y a d'abord le magazine, puis le tirage. Comment tu appréhendes ce retour au direct ?



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant