Jean-Marc Ayrault, ses 686 jours à Matignon...

le
0
Jean-Marc Ayrault, ses 686 jours à Matignon...
Jean-Marc Ayrault, ses 686 jours à Matignon...

Son départ était devenu inéluctable, au lendemain de la débâcle des électorales. Jean-Marc Ayrault quitte donc Matignon après 686 jours passés à la tête des deux premiers gouvernements du quinquennat de François Hollande. Un passage relativement court, à l'échelle de la Ve République (voire encadré) que le chef de l'Etat aurait sans doute aimé prolonger. Car l'ancien maire de Nantes, social-démocrate affiché, a mené sans complexe les réformes voulues par François Hollande, sans se mettre une seule fois mis «en travers» de son chemin. Mais l'impopularité record de Jean-Marc Ayrault, tout comme les soucis de communication et de management qui ont émaillé son mandat auront eu raison de lui. 

VIDEO. Hollande nomme Valls à la tête d'«un gouvernement de combat»

Voici une rapide bilan des réussites et des échecs de celui qui redeviendra, d'ici un mois, député de Loire-Atlantique.

Les «plus»

Un «soc-dem» assumé, un réel réformiste 

Social-démocrate revendiqué, Jean-Marc Ayrault a sans aucun doute réussi à imposer sa ligne, que François Hollande a eu bien plus de mal à assumer jusqu'ici, au sommet de l'Etat. «Sur le fond, il a plus de colonne vertébrale que Hollande», admet même une ministre. Ainsi, son plan pour relancer la compétitivité fin 2012, inspiré du rapport de Louis Gallois, est considéré comme une des réussites du début de quinquennat. Si sa tribune appelant à un «nouveau modèle social français» en janvier 2013 a moins convaincu, il a de nouveau réussi un joli «coup» à l'automne 2013 en annonçant une «remise à plat de la fiscalité», dont on n'a pour l'instant pas vu la couleur... C'est également lui qui a négocié en première ligne le pacte de responsabilité, une baisse du coût du travail annoncée dans les toutes prochaines semaines et présentée comme un tournant du mandat de François Hollande.

Un Premier ministre loyal et solide

Jean-Marc Ayrault a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant