Jean-Marc Ayrault : «Nous ne sommes pas au bout de la bataille pour l'emploi»

le
3
Jean-Marc Ayrault : «Nous ne sommes pas au bout de la bataille pour l'emploi»
Jean-Marc Ayrault : «Nous ne sommes pas au bout de la bataille pour l'emploi»

Confronté à l'impopularité et aux critiques, y compris dans son propre camp, Jean-Marc Ayrault s'explique dans une interview exclusive au «Parisien-Aujourd'hui» ce dimanche. Extraits.

Vous avez perdu votre pari d'inverser la courbe en 2013. Quand le chômage va-t-il baisser ?

On a mis le paquet là où c'était le plus difficile : sur le chômage des jeunes. Avec les 100 000 emplois d'avenir, les contrats de génération qui vont monter en puissance et la formation en alternance, celui-ci a reculé en 2013. Mais nous ne sommes pas au bout de la bataille. Et je note que l'emploi privé est reparti à la hausse au dernier trimestre de 2013.

C'est si dur de dire « on a échoué » ?

Je dis que nous n'avons pas atteint tous les objectifs parce que le pays a pris du retard. Avec la crise des subprimes puis celle de l'euro, le monde et l'Europe ont vécu la plus grande crise depuis les années 1930. La France a connu cinq ans de croissance zéro en moyenne entre le début de la crise et 2012, imaginez ! Le déficit est monté jusqu'à 7,5 % du PIB du temps de Sarkozy ! Regardez les chiffres du commerce extérieur ! C'est la situation dont nous avons hérité. Tout ça ne peut être corrigé en quelques mois.

Vous misez beaucoup sur le pacte de responsabilité...

La bataille du pacte de responsabilité, c'est la bataille de la croissance. Redonner des marges de manoeuvre aux entreprises, ce n'est pas faire des cadeaux aux entreprises ! C'est leur permettre de reconstituer des marges pour investir, embaucher, innover ou former leurs salariés.

A condition qu'elles ne reversent pas tout à leurs actionnaires. Mais comment contrôler ?

Chacun sera devant ses responsabilités. En mai, les entreprises recevront leurs premiers chèques du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE). Je souhaite que partout il y ait une discussion, en comité d'entreprise par exemple, pour savoir quoi faire de ces sommes. C'est d'ailleurs ce que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9941825 le dimanche 2 mar 2014 à 20:24

    Bien sûr que ce gouvernement n'est pas au bout de la bataille pour l'emploi ------il n'a pas commencé le combat Jusqu'à présent toutes les ficelles ont été utilisées pour faire reculer le chômage : ce qui est totalement différent et a un cout important Maintenant qu'en 22 mois les entreprises ont été taxées et dénigrées il est difficile d'un claquement de doigts le 31 décembre de redonner CONFIANCE aux investisseurs Français ------et Etrangers

  • mlaure13 le dimanche 2 mar 2014 à 19:26

    Ayrault solutionne nos problème ; ce magna de la cumule et retraites chapeaux ; plus de 200 000 € par an calculés à ce jour et ce n'est pas fini; et ils sont TOUS, plus ou moins aussi bien lotis, nos politicards mafieux en col blanc et mains sales, souvent tachées de sang. Sans oublier le Sénat. Quels coups de pelle à mettre dans cette taupinière nauséabonde. Quand te réveilleras-tu, Veuve Guillotin ???...(pas confondre avec Veuve Clicquot, pas du même tonneau) ))

  • C177571 le dimanche 2 mar 2014 à 17:35

    Jean marc de La Palice!!