Jean-Marc Ayrault confirme des changements d'hommes à Marseille

le
0
DES CHANGEMENTS D'HOMMES INTERVIENDRONT À MARSEILLE, EN PARTICULIER DANS LA POLICE
DES CHANGEMENTS D'HOMMES INTERVIENDRONT À MARSEILLE, EN PARTICULIER DANS LA POLICE

MARSEILLE (Reuters) - Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a confirmé vendredi que des changements d'hommes devraient intervenir à Marseille, notamment au sein de la police, dans le cadre des mesures annoncées par le gouvernement pour lutter contre la criminalité organisée dans la cité phocéenne.

Selon des sources syndicales, les jours du préfet délégué à la police Alain Gardère seraient ainsi "comptés". Interrogé sur RTL, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a parlé d'un préfet de police de plein exercice ayant davantage d'autorité et tout en se refusant à toute annonce, a semblé confirmer que son limogeage était envisagé.

"A partir du moment où il y a une autre organisation, un changement de méthode, il est logique (...) de changer des hommes et des femmes que je respecte", a dit Manuel Valls.

Jean-Marc Ayrault a parlé aussi de changements. "Nous mettrons les hommes qu'il faut, là où il faut. Il y aura effectivement un certain nombre de changements. Ils ne sont pas encore décidés. C'est au niveau du conseil des ministres que ces décisions se prendront", a dit le Premier ministre sur l'antenne de France Bleu Provence.

Jean-Marc Ayrault est revenu sur l'envoi de 205 policiers et gendarmes supplémentaires dans la région marseillaise pour lutter contre l'insécurité dans le cadre d'un plan global portant notamment sur le logement et les transports.

Leur arrivée dans la cité phocéenne est "une question de semaines et de mois".

"La confiance ne reviendra que si on est capable de faire reculer la violence au quotidien, mais aussi la criminalité qui s'est installée dans un certain nombre de quartiers. On en a eu l'illustration avec les règlements de comptes récents."

Une vingtaine de meurtres, liés pour la plupart au trafic de drogue dans les cités marseillaises, ont été recensés dans les Bouches-du-Rhône depuis le début de l'année.

"Les mesures qui viennent d'être annoncées ne sont pas des sparadraps, ce sont des mesures de fond", a insisté le Premier ministre.

Jean-Marc Ayrault a encore indiqué qu'il rencontrerait les "acteurs politiques, les responsables économiques et les représentants syndicaux" lors d'un déplacement prévu lundi et mardi dans la région marseillaise.

"On a trop subi les inerties, les blocages et les intérêts particuliers. Il faut sortir de cela. La décision qui a été prise, c'est le gouvernement de la France qui considère que la situation de Marseille nécessite une mesure d'intérêt national", a-t-il rappelé.

Jean-François Rosnoblet avec Thierry Lévêque à Paris; édité par Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant