Jean-Marc Ayrault annonce la fin de la "RGPP"

le
3
Jean-Marc Ayrault annonce la fin de la "RGPP"
Jean-Marc Ayrault annonce la fin de la "RGPP"

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre a annoncé vendredi soir la fin de la "révision générale des politiques publiques" (RGPP) lancée sous le quinquennat précédent pour réduire les dépenses de l'Etat.

Selon un communiqué diffusé par ses services, Jean-Marc Ayrault a chargé une mission de faire le bilan de cette chasse aux économies lancée en 2007 par le gouvernement de droite de François Fillon dans les administrations françaises.

"Cette politique a provoqué désorganisation et malaise dans l'ensemble de la fonction publique", lit-on dans ce communiqué. "La période de RGPP est close."

Cette politique s'est notamment traduite par le non remplacement d'une fonctionnaire sur deux partant à la retraite au cours des dernières années. Le nouveau gouvernement a promis de stabiliser les effectifs de la fonction publique.

Jean-Marc Ayrault demande aux chefs des inspections générales de l'administration, des finances et des affaires sociales de tirer les enseignements de la RGPP pour "éclairer le gouvernement sur les conditions et modalités d'une nouvelle politique de rénovation de l'action publique".

Il précise que la "grande conférence sociale" de lundi et mardi prochains devra permettre de renouer un "véritable dialogue social" pour conduire cette rénovation.

"Une nouvelle méthode doit être définie. Il s'agit de redéfinir les missions de l'État, d'améliorer le service rendu aux usagers et de rendre l'administration plus efficace, tout en assumant la maîtrise des dépenses", lit-on dans le communiqué.

Il s'agit "d'obtenir à la fois une véritable adhésion des personnels et de l'opinion publique, et un redressement de nos finances publiques à échéance de 2017", ajoute Matignon.

La mission devra rendre ses conclusions au Premier ministre pour le 25 septembre prochain.

A trois jours d'un sommet social dont le déroulement sera un indicateur des relations entre l'exécutif et les partenaires sociaux au cours des prochaines années, l'annonce de la fin de la RGPP semble refléter une volonté de désamorcer des tensions potentielles, notamment avec les fonctionnaires.

Ces derniers seront mis à contribution dans le redressement des finances publiques, ainsi que la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, l'a dit sans ambage mercredi.

"Ce n'est pas une cure d'austérité mais c'est un grand moment de rigueur", a-t-elle dit sur RTL. "Les fonctionnaires sont conscients de l'importance de leur fonction et ont envie que leur pays se redresse."

"Donc ils savent que s'ils y participent, ils peuvent générer aussi leur part de croissance", a-t-elle ajouté.

Emmanuel Jarry, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M140210 le samedi 7 juil 2012 à 11:56

    Les ballastes se remplissent doucement, jusquà quand garderont nous la tête hors de l'eau.Pu.tain de Saucisson de me.rde.

  • mjjmimi le samedi 7 juil 2012 à 08:55

    Ayrault envoit un message à son électorat: " mmes et Mrs les fonctionnaires avec nous les socialistes vous allez continuer comme avant, ne vous inquiétez pas. ce sont les non fonctionnaires qui trimeront et payeront pour réduire nos déficits, vous vous les creuserez"

  • janaliz le samedi 7 juil 2012 à 07:34

    Les fonctionnaires ne sont conscient de rien du tout à part la conservation de leurs avantages, donc de l'immobilisme le plus total. Comment peut-on penser que ce qui est une nécessité dans l'entreprise et une recherche constante d'amélioration, soit un traumatisme pour les Français hyper protégés. Incompréhension totale. Nous avons vraiment affaire à des incapables. Jusqu'où vont-ils nous emmener ?