Jean-Marc Ayrault à Moscou, Washington pour une solution à Alep

le
1
AYRAULT À MOSCOU ET WASHINGTON POUR PARLER D'ALEP
AYRAULT À MOSCOU ET WASHINGTON POUR PARLER D'ALEP

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault se rendra à Moscou jeudi et à Washington vendredi pour tenter de convaincre Russes et Américains d'adopter une résolution au Conseil de sécurité de l'Onu ouvrant la voie à un cessez-le-feu à Alep, a annoncé mercredi le ministère français des Affaires étrangères.

Ce double déplacement du chef de la diplomatie française survient sur fond d'impasse diplomatique entre les Etats-Unis et la Russie sur la Syrie, Washington accusant Moscou de ne pas tenir ses engagements pris lors de l'accord américano-russe de cessez-le-feu conclu le 9 septembre.

"Cette tournée s’inscrit dans le cadre des efforts de la France pour aboutir à l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies d’une résolution ouvrant la voie à un cessez-le-feu à Alep et à l’accès des populations à l’aide humanitaire dont elles ont tant besoin", dit le Quai d'Orsay dans un communiqué.

Un responsable du ministère russe des Affaires étrangères avait indiqué un peu plus tôt que le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, et son homologue français s'entretiendraient jeudi à Moscou.

"Il ne reste plus que ça, le Conseil de sécurité de l'Onu", souligne-t-on de source diplomatique française. "On n'est pas dupes, les Russes ne vont pas se mettre à respecter les droits de l'homme du jour au lendemain. Mais c'est tout ce qu'on a, leur mettre la pression à l'Onu".

Alep, ancien poumon économique du pays, est la cible depuis le 22 septembre d'une offensive militaire menée par l'armée syrienne et ses alliés russes visant à reprendre le contrôle de sa partie Est, tenue par les rebelles.

L'Occident accuse les forces russes d'avoir délibérément bombardé cibles civiles, hôpitaux et convois humanitaires pour briser la résistance des 250.000 habitants de la zone assiégée.

Face à la poursuite des bombardements, les Etats-Unis ont annoncé lundi la suspension des discussions avec la Russie.

Dans ce contexte tendu, les 15 membres du Conseil de sécurité de l'Onu ont entamé cette semaine l'examen d'un projet de résolution porté par la France et l'Espagne qui exhorte Moscou et Washington à garantir une trêve immédiate à Alep et à "mettre fin à tous les vols militaires au-dessus de la ville".

L'ambassadeur de Russie auprès des Nations Unies, Vitali Tchourkine, a indiqué lundi que Moscou participait aux discussions sur le projet de résolution tout en émettant des réserves sur les termes utilisés dans le texte.

Depuis le début du conflit en Syrie, la Russie, soutien du régime de Bachar al Assad, a utilisé à plusieurs reprises son droit de veto à l'Onu pour empêcher l'adoption de résolutions condamnant le régime syrien.

(John Irish et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.