Jean-Luc Mélenchon se veut intransigeant

le
0
À Marseille puis à Pau, le candidat du Front de gauche se dit certain que sa formation accédera au pouvoir « dans dix ans ».

Dans les yeux des responsables du Front de gauche brillent des étoiles rouges, et le rêve fou d'un deuxième tour entre leur candidat, Jean-Luc Mélenchon, et celui du PS, François Hollande. Après le nouveau grand succès populaire de leur meeting, samedi sur les plages du Prado, dans les quartiers sud de Marseille, tout leur semble désormais possible.

Les organisateurs ont annoncé généreusement 120.000 personnes. Un chiffre impossible à vérifier en absence de tout comptage préfectoral. Mais ils étaient sans doute très au-delà des 50.000, réussissant le pari de reproduire en province le succès parisien de la Bastille. Une foule qui n'a plus à voir avec le bassin traditionnel, militant et syndicaliste, de la gauche radicale, mais jeune, bigarrée, populaire, à l'image de Marseille dont Jean-Luc Mélenchon a fait l'emblème du métissage.

Cet originaire de Tanger, déraciné dans son enfance, a rendu un hommage appuyé à la Méditerranée, «notre bonne mère à tous»

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant