Jean-Luc Mélenchon, la stratégie de la provocation

le , mis à jour à 08:54
5
Jean-Luc Mélenchon, la stratégie de la provocation
Jean-Luc Mélenchon, la stratégie de la provocation

Il y a un cas Mélenchon. Pas une petite musique, plutôt un vacarme ambiant qui en séduit certains, mais en horripile tant d'autres. Le candidat qui sut rassembler sur son nom et son projet plus de 7 millions de voix au premier tour de la présidentielle est aujourd'hui devenu, plus encore qu'un opposant, un trublion qui fait tanguer la société et le monde politique. L'homme, son verbe et sa verve déchaînent les passions, dérangent. Comment ne pas être choqué quand Jean-Luc Mélenchon, haranguant la foule des Insoumis place de la République, fin septembre, balance tout de go que c'est «la rue qui a abattu les nazis» ? Ou ne pas s'indigner de l'entendre mettre dans le même sac les armées hitlériennes, les rois de l'Ancien Régime, le Juppé de 1995 et le tout récemment élu président Macron. La rue, gronde le tribun, saura mettre un point d'arrêt à ses réformes, taxées de «chienlit libérale». Comme elle fit tomber jadis les têtes couronnées et naguère le Premier ministre de Chirac. «Coup d'Etat social !» hurle le député de Marseille, pourfendant les ordonnances Travail du président.

 

LIRE AUSSI

> Mélenchon veut «exprimer les colères, voire les attiser»

> Polémiques à répétition autour de la France Insoumise

 

Et il n'est pas le seul. Dans la galaxie insoumise, le maître a ses disciples, qui n'en sont pas à une provoc ou à un dérapage près. Qui aujourd'hui ne connaît pas Raquel Garrido ? L'ultra-médiatique porte-parole de la France insoumise (LFI), chroniqueuse sur la chaîne C 8, ne cesse de faire parler d'elle, créant régulièrement la polémique. On s'en offusque ou on s'en amuse... Beaucoup plus grave, quand une députée LFI, Danièle Obono, ne voit aucune radicalisation, mais du simple «sexisme», dans le refus d'un chauffeur de bus de prendre le volant après une femme. Complaisance ? Aveuglement ? Ou, comme accuse un Manuel Valls qui les exècre, trouble penchant des Insoumis pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 il y a 5 mois

    A force de l'ouvrir toute grande et faire de la provoc sans fondement FI a bien mérité le retour de bâton qu'elle se prend actuellement. Yen a marre des "moi-je".

  • M3366730 il y a 5 mois

    "Il faut détruire la FI, seule force d'opposition importante" Ah bon, quand on entend l'outrance et la mauvaise foi des propos de M. Mélenchon et une partie de ses colistiers..... Quand il nous avait fait le coup de 5 € avec des produits alimentaires à A.N. quelqu'un aurait pu démonter tout cela en demandant ou étaient produits, fabriqués les dit aliments pour 5 € !!!!! M. Mélenchon qui a été un absentéiste au parlement européen et qui vient donner des leçons !

  • oban07 il y a 5 mois

    le parfait despote

  • M999141 il y a 5 mois

    Mr Mélanchon est tellement dans l'outrance permanente qu'il n'imprime plus. Il a fait le plein : ceux qui apprécient le fond et ceux qui admirent la forme sans écouter le fond. Mais veut-t-on un régime façon Maduro ?

  • schmittp il y a 5 mois

    Les attaques contre FI sont permanentes et bien orientées. Entre mettre dans le même sac et mettre dans la même phrase, il y a un grand pas, franchi facilement. Il faut détruire la FI, seule force d'opposition importante face à la stratégie de démontage de la nation sociale par la finance et ses sbires au pouvoir ou consentants journalistes. Comment ne pas être choqué et indigné par le comportement des médias ? A qui appartient le Parisien ? LVMH. de quoi douter de son objectivité...