Jean-Luc Mélenchon, itinéraire d'un militant

le
0
Jean-Luc Mélenchon, le 27 septembre, à Boulogne-sur-mer.
Jean-Luc Mélenchon, le 27 septembre, à Boulogne-sur-mer.

L’auteur de l’ouvrage « Le Choix de l’insoumission » a pu construire cet « entretien biographique » avec Marc Endeweld, grand reporter à Marianne.

N’en déplaise à l’éditeur, Le Choix de l’insoumission n’est pas la première « véritable » biographie de Jean-Luc Mélenchon. Il en existe une autre, Mélenchon le plébéien, publiée en 2012 par les journalistes Lilian Alemagna et Stéphane Alliès. Mais cette fois, l’intéressé a pu construire cet « entretien biographique » avec Marc Endeweld, grand reporter à Marianne. Il est, dès lors, intéressant de voir ce que l’homme politique retient de son parcours.

« Je sais qui j’étais, qui je ne suis plus et qui je suis devenu », écrit le député européen. Il y a bien sûr l’enfance marocaine, dans « une famille aimante ». Après le divorce de ses parents, survient la « vraie rupture », le départ d’Afrique du Nord en 1962. L’arrivée en Normandie est violente : « J’étais le bougnoule, le bicot. » L’initiation en politique arrive après Mai-68 et l’UNEF à la fac de Besançon. L’ex-étudiant en philo ne s’appesantit pas sur son passage à l’Organisation communiste internationale (OCI), dont il sera radié mais qui a tant façonné celui qu’il est aujourd’hui. « J’ai une dette à leur égard », indique cependant Jean-Luc Mélenchon, qui adhère au PS en 1976.

« la force du choc de la révolution chaviste » Il s’attarde sur François Mitterrand, qu’il surnomme affectueusement « le Vieux ». « Un guide ? », interroge le chapitre qui lui est consacré. La réponse est dans la question, tant est frappante la clémence dont fait preuve le contempteur de François Hollande envers l’ex-président socialiste. « Que ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant