Jean-Luc Mélenchon en banlieue pour amplifier son audience

le
0
JEAN-LUC MÉLENCHON VEUT MOBILISER LES BANLIEUES
JEAN-LUC MÉLENCHON VEUT MOBILISER LES BANLIEUES

GRIGNY, Essonne (Reuters) - Dénonçant la stigmatisation des banlieues, Jean-Luc Mélenchon a appelé dimanche leurs habitants à prendre place dans son mouvement, hissé dans un sondage publié dimanche en troisième position au premier tour de l'élection présidentielle.

Le candidat de la gauche radicale, parti de 7% environ dans les sondages, est crédité aujourd'hui du double d'intentions de vote, et privilégie les meetings en plein air pour tenter d'élargir encore son audience.

"Prenez votre place dans le grand mouvement que nous sommes en train de construire", a-t-il dit devant plusieurs milliers de personnes réunies dans un stade du quartier de la Grande Borne, à Grigny, dans l'Essonne.

"Ne permettez pas que nos quartiers, nos banlieues soient (un) désert politique", a-t-il ajouté, appelant de ses voeux "une défaite, une tannée, une raclée à Monsieur Sarkozy". Il a tenté de convaincre les habitants des banlieues de se détourner de l'abstention, plus forte en ces lieux qu'ailleurs.

"Avec votre bulletin de vote, le plus misérable est l'égal du plus puissant. Ne renoncez jamais à cette dignité, parce que vous êtes le nombre, donc vous êtes la force", a-t-il dit.

"Si vous faites les moutons, vous serez tondus (...) si vous ne faites pas de politique, la politique s'occupera de vous, vous pouvez en être assurés", a-t-il lancé dans cette ville marquée par un taux d'abstention de 35% aux élections présidentielles de 2007.

François Delapierre, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, a déclaré à Reuters qu'il souhaitait faire des banlieues populaires un objectif prioritaire. "La France ne peut pas continuer à considérer qu'une partie du territoire peut être oubliée des services publics", a-t-il dit.

Porté par un sondage LH2-Yahoo où il est crédité de 15% d'intentions de vote, Jean-Luc Mélenchon, qui assure avoir pour ambition de passer en tête de la gauche, a estimé dimanche que le Front de gauche était en passe de devenir le "front du peuple".

Aux socialistes qui le critiquent, le député européen lance: "Occupez-vous de l'extrême droite, occupez-vous de Sarkozy, fichez-nous la paix".

Et en réponse à la présidente du Medef Laurence Parisot, qui a dit voir en lui "l'héritier d'une forme de terreur", il affirme, le poing levé : "c'est un mouvement révolutionnaire que nous constituons, oui madame Parisot".

Avant son meeting au stade Bélier, Jean-Luc Mélenchon s'est adressé à une petite centaine d'habitants de Grigny dans un gymnase voisin.

Pour Philippe Rio, maire communiste de Grigny, le choix du quartier de la Grande Borne, qui compte 11.000 habitants, pour parler des banlieues, est très symbolique.

"TOUS LES MAUX DU SYSTÈME CAPITALISTE"

"Il y a la cristallisation de tous les maux du système capitaliste ici", dit-il, soulignant que 40% des jeunes de Grigny sont au chômage, et 44% de ses habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Pour lui, c'est l'une des cinq cités française qui souffrent du plus gros déficit d'image. C'est aussi là que Marie-George Buffet a lancé sa campagne en 2007, rappelle-t-il.

"Il y a une petite musique (qui dit que) le Front de gauche aurait des difficultés dans les quartiers populaires, un temps, j'y ai crû", confie François Delapierre. Mais "les échos de terrain qu'on a sont spectaculaires", assure-t-il.

Le déplacement de Jean-Luc Mélenchon a toutefois été perturbé par une vingtaine de manifestants se réclamant du "parti des gens", un parti opposé à la municipalité communiste et qui a recueilli 26% des voix aux dernières élections municipales à Grigny.

Pour Basma Ben Saïd, militante du parti de gauche, l'objectif de cette rencontre entre le Front de gauche et les habitants Grigny va au-delà de l'élection présidentielle.

Elle y voit l'"enclenchement" de la campagne des élections législatives dans cette circonscription de l'Essonne où François Delapierre est candidat. "On veut le faire connaître de la manière la plus forte possible", dit-elle.

"On va faire un bon score à la présidentielle, c'est positif pour la législative à suivre", reconnaît le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon. "C'est le plus gros rassemblement qu'on va faire dans la 10e circonscription, c'est sûr", ajoute-t-il.

Chine Labbé, édité par Thierry Lévêque

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant