Jean-Luc Mélenchon appelle à donner un grand coup de balai

le
1
JEAN-LUC MÉLENCHON APPELLE À MANIFESTER LE 5 MAI
JEAN-LUC MÉLENCHON APPELLE À MANIFESTER LE 5 MAI

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon a appelé vendredi à manifester le 5 mai, jour anniversaire de l'élection de François Hollande en 2012, pour "purifier l'atmosphère politique insupportable" provoquée par l'affaire Cahuzac et promouvoir une VIe République.

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, a dit accueillir favorablement l'idée de cette marche proposée par le co-président du Parti de gauche, précisant que les instances du Front de gauche devraient encore se prononcer.

"Face aux développements de la crise politique provoquée par l'affaire Cahuzac, l'heure est plus que jamais à la mobilisation des forces de changement", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Jean-Luc Mélenchon dénonce une "oligarchie qui s'est constituée de tout-puissants seigneurs" et la "chaîne du mensonge" autour de l'ex-ministre du Budget, qui commence, selon lui, "au Parti socialiste et finit au Front national."

L'affaire a en effet révélé qu'un conseiller de Marine Le Pen avait aidé l'ancienne star montante du Parti socialiste à ouvrir un compte illégal en Suisse et que Jérôme Cahuzac avait fréquenté pendant de longues années des milieux d'extrême droite.

"SPECTACLE LAMENTABLE"

"C'est absolument invraisemblable! Il faut un grand coup de balai. On ne peut accepter que le peuple français découvre ce spectacle lamentable", a dit Jean-Luc Mélenchon sur France Info.

"On ne peut accepter que le peuple français humilié ne s'en mêle pas. C'est pourquoi je veux faire la proposition que l'on manifeste le jour anniversaire du deuxième tour de la présidentielle, le 5 mai prochain, que l'on fasse une marche citoyenne pour la VIe République", a-t-il ajouté.

L'apparition d'un proche de Marine Le Pen dans l'affaire Cahuzac a brouillé le message de la présidente du Front national, qui pensait capitaliser sur la chute de l'ex-ministre du Budget et réclamait elle aussi un grand coup de balai.

Philippe Peninque, ex-avocat fiscaliste et conseiller de la présidente du FN, a reconnu avoir aidé Jérôme Cahuzac a ouvrir le compte suisse qui a provoqué son éviction du gouvernement et lui vaut des poursuites pour blanchiment de fraude fiscale.

La dirigeante du Front national et ses fidèles ont aussitôt dénoncé une "grossière man?uvre de diversion". "C'est un acte complètement anodin. Un de mes amis avocats a ouvert, il y a 25 ans, quand j'étais en licence de droit, un compte à l'étranger pour le compte de son client. Ouvrir un compte à l'étranger est complètement légal. C'est de ne pas déclarer les fonds qui est illégal", a-t-elle déclaré au Monde, daté de vendredi.

Mais le quotidien a également mis en évidence les "liens sulfureux", dans les années 80 et 90, entre Jérôme Cahuzac et d'anciens militants du GUD, un syndicat d'extrême droite réputé pour son activisme à partir de Mai-68.

DES ANCIENS DU GUD

L'argent que l'ancien ministre socialiste a reconnu avoir placé illégalement en Suisse, puis à Singapour, proviendrait en effet en partie de placements dans des mines d'or au Pérou via une société créée par d'anciens militants, précise le journal.

Jérôme Cahuzac aurait été introduit dans ce groupe par son épouse Patricia, cousine de la femme d'un autre avocat issu de l'extrême droite et associé de Philippe Peninque.

Un ancien dirigeant du GUD, qui a requis l'anonymat, a dit à Reuters que les relations entre Philippe Peninque et le futur ministre socialiste s'expliquaient par le contexte familial et le goût des affaires.

"Quand ils se réunissaient, à l'époque où ils réussissaient en affaires, ils ne parlaient pas de politique", a-t-il dit. "Je connais des amis de Peninque qui ne sont pas d'extrême droite".

Mais à la gauche du PS, certains responsables s'interrogent sur la sincérité de l'engagement socialiste de Jérôme Cahuzac, entré au PS en 1977 à Paris.

Pour Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche, cette affaire "démontre les connivences, basées sur des relations d'argent, entre un haut responsable du PS et l'entourage de la présidente du FN".

Jérôme Cahuzac, chirurgien de formation, puis spécialiste de la greffe de cheveux, a été député du Lot-et-Garonne à partir de juin 2007 et maire de Villeneuve-sur-Lot.

Il a été mis en examen non seulement pour blanchiment de fraude fiscale mais aussi pour blanchiment de fonds provenant de la perception par un membre d'une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise.

Les enquêteurs s'intéressent en effet à ses liens avec les laboratoires pharmaceutiques.

Edité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • newwin le vendredi 5 avr 2013 à 12:11

    cahuzac : direction case prison