Jean-Louis Borloo veut faire de l'UDI le premier parti de France

le
3
JEAN-LOUIS BORLOO VEUT FAIRE DE L'UDI LE PREMIER PARTI DE FRANCE
JEAN-LOUIS BORLOO VEUT FAIRE DE L'UDI LE PREMIER PARTI DE FRANCE

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Jean-Louis Borloo a lancé dimanche l'Union des démocrates et indépendants (UDI), une nouvelle formation de centre-droit dont il veut faire "le premier parti de France".

L'UDI a fait une prise de choix le jour de sa première assemblée constituante, à la Mutualité de Paris, en la personne de l'ex-ministre des Sports Chantal Jouanno, qui va en conséquence quitter l'UMP.

L'ancienne ministre et ex-présidente du Parlement européen Simone Veil, 85 ans, a également soutenu l'UDI en assistant à son assemblée fondatrice.

Jean-Louis Borloo, qui a convaincu la plupart des composantes du centre d'oublier leurs querelles passées pour constituer une formation héritière de l'ex-UDF, nourrit les plus grandes ambitions pour l'UDI, qu'il préside.

"Nous sommes une force qui a vocation à devenir le premier parti de France", a-t-il déclaré, se positionnant de fait pour la présidentielle de 2017.

Jean-Louis Borloo a insisté à la tribune sur la volonté d'indépendance du nouveau parti, mais aussi sur le fait qu'il avait vocation à constituer une "coalition gagnante" avec l'UMP.

"L'indépendance, c'est la puissance. Mais l'indépendance, ce n'est pas l'isolement", a-t-il dit en allusion à l'isolement du président du MoDem François Bayrou.

Après avoir réuni 30 députés et 28 sénateurs centristes et divers droite dans des groupes autonomes, l'ancien ministre de l'Ecologie a mis sur orbite l'UDI, qui regroupe sept formations politiques et revendique environ 50.000 adhérents.

BAYROU NE VEUT PAS SE LAISSER ENFERMER

François Bayrou, qui reste à l'écart de ce regroupement, a récemment tendu la main à Jean-Louis Borloo. Mais le nouveau leader centriste a posé comme condition l'acceptation d'une "ligne claire" d'alliance avec la droite, ce que l'ex-candidat à la présidentielle, partisan de l'indépendance du centre, refuse.

Le président du MoDem a réaffirmé dimanche sur France inter qu'il ne voulait pas se "laisser enfermer dans un camp" et que le centre ne pouvait pas "se résumer à la droite".

Il estime que l'UDI va relancer la "guerre des trois droites", UMP, centre et Front national, ce qui lui semble à "des années-lumière" des préoccupations des Français dans cette période de crise et contraire "aux intérêts du pays".

Selon un sondage Ifop pour Ouest-France Dimanche, le centre connaît actuellement un tassement, 13% des personnes interrogées se réclamant de lui, contre 15% deux ans plus tôt.

Malgré tout, Jean-Louis Borloo, son ex-rival Hervé Morin, président du Nouveau centre, et les autres ténors centristes veulent y croire.

Le défi de l'UDI est "de ne plus être le strapontin de la majorité future avec l'UMP" mais d'être un "pôle" ayant pour objectif de devenir un "partenaire obligé et demain l'acteur majoritaire", a dit Hervé Morin.

Hervé Morin a rappelé que l'UDI n'effaçait pas pour le moment les partis qui ont décidé de la constituer. "Peut-être irons-nous un jour vers une fusion complète dans un parti unitaire", a-t-il cependant précisé.

L'arrivée de Chantal Jouanno, 43 ans, est un sérieux coup de pouce pour le nouveau parti, qui n'exclut pas d'attirer d'autres élus de droite en cas de victoire de Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP.

Ancienne ministre des Sports de Nicolas Sarkozy, la sénatrice avait marqué son désaccord avec l'UMP sur les questions d'immigration, le mariage homosexuel, qu'elle défend, ou l'environnement.

Elle a expliqué avoir fait le choix de "consacrer sa vie à l'écologie" et avoir l'ambition de faire de l'UDI "le premier parti écologiste de France".

"Le choix de l'UDI est aussi pour moi un choix affectif. Le choix de rester dans un parti politique de droite qui est dans une coalition claire avec l'UMP, le choix de rejoindre un homme très créatif. C'est aussi le choix de la liberté de parole et de pensée", a-t-elle ajouté à la tribune.

Edité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH le dimanche 21 oct 2012 à 21:32

    vasi lol bobo, plus il y a de farfelus (droite gauche) plus on rigole "nous le peuple sur les forums" on est entrain de vivre la décadence de la France, ah!! quand le retour d'un vrai CHARLES, on va allé le réveillé pour le sortir de son sommeil et voir l'hécatombe depuis plus de 40 ans (droite gauche confondus)

  • M1617344 le dimanche 21 oct 2012 à 19:56

    C'est bien , au moins on retrouvera avec Boorlo tous les gens qui n'ont pas beaucoup de convictions.......tantôt à droite tantôt à gauche c'est selon ;....

  • lolin le dimanche 21 oct 2012 à 19:13

    Je sais pas , si ils avaient pris l'apéro avant le discourt, mais moi je comprenais pas deux mots sur cinq.Il cherchait ses notes sans arrêt, et ne cherchait qu'à amuser la galerie. et il veut devenir le patron du plus grand parti, un peu léger à mon sens