Jean-François Copé va présenter un exposé des comptes de l'UMP

le
0
JEAN-FRANÇOIS COPÉ VA PRÉSENTER LES COMPTES DE L?UMP
JEAN-FRANÇOIS COPÉ VA PRÉSENTER LES COMPTES DE L?UMP

PARIS (Reuters) - Jean-François Copé présentera dans les prochains jours au bureau de l'UMP un "exposé complet" des comptes du parti, en réponse aux accusations de surfacturation de meetings de Nicolas Sarkozy au profit d'une société fondée par deux de ses proches.

Dans un entretien au Journal du Dimanche, le président de l'UMP dévoile quelques chiffres proches mais pas exactement identiques à ceux que le parti avait publiés dans un communiqué visant à démentir les accusations lancées dans Le Point.

L'hebdomadaire rapportait fin février que la société Bygmalion, dirigée par deux anciens collaborateurs du député-maire de Meaux, avait engrangé huit millions d'euros pour organiser des meetings de la campagne présidentielle de 2012, et évaluait le surcoût à 20%.

Jean-François Copé avait vivement réagi à cet article, se disant victime d'une "chasse à l'homme" et s'engageant à rendre publique la comptabilité de l'UMP en contrepartie d'une même transparence des autres partis et des médias.

Une enquête préliminaire a été ouverte mi-mars par le parquet de Paris sur cette affaire qui a fait resurgir les querelles entre le président de l'UMP et son rival, François Fillon.

Dans le JDD, Jean-François Copé affirme être en mesure de "démontrer que ces allégations sont totalement mensongères".

Il y explique que la dette de l'UMP est de 24 millions d'euros et non 96 comme l'écrivait Le Point.

Dans le communiqué publié au lendemain de la parution de l'article du Point, l'UMP faisait état d'une dette "de 44 millions d'euros, auxquels s'ajoutent 25,4 millions d'euros (...) à mettre en regard des actifs de l'UMP, dont le siège (...) estimé à 43 millions d'euros". Soit 26,4 millions d'euros.

Jean-François Copé, qui a porté plainte en diffamation, assure en outre ne pouvoir être accusé de favoritisme puisque les partis politiques "ne sont pas soumis aux codes des marchés publics."

Revenant sur les prestations assurées par Bygmalion, il assure que la société a touché "7% à 8%" d'honoraires sur 143 événements organisés en 2011 et 2012 pour un coût total de 27,5 millions d'euros.

"La filiale de Bygmalion avait pour mission d'assurer un rôle de coordination technique et en aucun cas de conseil en communication", affirme-t-il.

Quelques députés UMP, dont Lionel Tardy, proche de François Fillon, avaient laissé penser par leurs commentaires que les accusations du Point étaient fondées, mettant le président de l'UMP en mauvaise posture après que le parti eut fait appel à ses sympathisants pour trouver 11 millions d'euros.

Jean-François Copé avait dit avoir l'intention de déposer deux propositions de loi sur la transparence des partis politiques et explique au JDD être "en train de les finaliser".

(Gregory Blachier, édité par Guy Kerivel)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant